Prime de cooptation

8 mins

Prime de cooptation

Posté le 12/02/2024 - mis à jour le 11/03/2024

La prime de cooptation : une récompense pour le salarié

La prime de cooptation s'inscrit comme une récompense pour les salariés qui participent activement au recrutement de nouveaux collaborateurs. Ce dispositif incitatif, prisé par les entreprises, s'appuie sur le réseau professionnel ou personnel du coopteur.

La forme de cette récompense est principalement pécuniaire, mais elle peut parfois être sous forme de cadeaux ou d'avantages divers. Par ailleurs, le montant de la prime varie en fonction du type de contrat du nouveau salarié coopté.

Le versement de la prime de cooptation : quand et comment ?

Le versement de la prime de cooptation peut varier en fonction des entreprises. Il est généralement effectué une fois que le nouveau salarié a passé sa période d'essai et a été embauché de manière permanente. Cependant, certaines entreprises peuvent choisir de la verser au moment de l'embauche ou à un moment ultérieur, en fonction de leur trésorerie et de leurs habitudes.

Modes de versement :

  • Versement en une seule fois à la fin de la période d'essai
  • Versement en plusieurs fois (une partie à l'embauche, le reste à la fin de la période d'essai)

Formes de la prime :

  • Somme d'argent
  • Chèques cadeaux
  • Chèques vacances

Il est primordial de noter que les modalités de versement doivent être clairement définies dans le programme de cooptation de l'entreprise.

Prime de cooptation : brut ou net sur le bulletin de paie ?

La prime de cooptation s'inscrit sur le bulletin de paie du coopteur. Mais, est-elle affichée en brut ou en net ? En règle générale, elle apparaît en brut, avant déduction des cotisations sociales. Elle est donc soumise aux différentes taxes et prélèvements, comme l'impôt sur le revenu.

  • Elle est intégrée dans le salaire brut, aux côtés des autres éléments de la rémunération (salaire de base, primes diverses, heures supplémentaires...).
  • Ainsi, elle est soumise aux cotisations sociales, ce qui diminue son montant net.

Il est crucial pour l'employeur de communiquer clairement sur ce point lors de la mise en place du programme de cooptation, afin d'éviter toute confusion chez le salarié. Les employeurs peuvent choisir d'inclure cette information dans le programme de cooptation ou directement sur le bulletin de salaire pour une transparence maximale.

La prime de cooptation est-elle imposable ?

L'imposition de la prime de cooptation a des spécificités qui dépendent du statut du salarié et du montant de la prime. En général, cette prime est soumise à l'impôt sur le revenu et aux cotisations sociales.

Cependant, le taux d'imposition peut varier en fonction du niveau de salaire du coopteur. Par exemple, un employé à bas salaire pourrait être imposé à un taux d'environ 11%, tandis qu'un cadre très bien payé pourrait être imposé à un taux d'environ 41%.

Il est donc essentiel de comprendre que, bien que la prime de cooptation soit un avantage financier attrayant, elle peut aussi avoir des conséquences fiscales.

Il est également important de préciser que certaines primes, indemnités et gratifications peuvent être exonérées de cotisations sous certaines conditions, comme le stipule l'Urssaf. Néanmoins, cela ne semble pas être le cas pour la prime de cooptation.

Déterminer le montant de la prime de cooptation

Le montant moyen d'une prime de cooptation

Le montant moyen d'une prime de cooptation fluctue en fonction de divers facteurs tels que le poste à pourvoir, la rareté du profil recherché, le secteur d'activité et même la politique interne de l'entreprise.

En général, les primes varient de 500 à 750€ pour des postes d'employés, de techniciens et d'agents de maîtrise peu pénuriques, et peuvent atteindre 1 500-2 000€ pour des postes de cadre plus pénuriques.

Dans l'univers des startups, le montant moyen observé est de 1392€. Cependant, certaines entreprises, particulièrement dans le secteur du conseil, offrent des primes plus élevées, allant jusqu'à 3 300€ en moyenne.

Il est également courant que le montant de la prime de cooptation soit défini en fonction du salaire net mensuel moyen, se situant généralement entre un quart et un tiers de ce dernier.

Exemples concrets : primes allant jusqu'à 1000 euros et plus

Pour illustrer, voici quelques exemples de primes de cooptation de 1000 euros et plus dans différentes entreprises :

  • Chez Amazon, la prime de cooptation est de 2000 euros. Cependant, elle peut atteindre jusqu'à 4000 euros au sein du cabinet de recrutement Robert Walters, à condition que le candidat voit sa période d’essai validée.
  • Capgemini verse une prime de cooptation de 1200 euros pour un profil sans expérience et 2000 euros lorsqu’il est expérimenté.
  • La RATP a mis en place une prime de cooptation pour embaucher des chauffeurs de bus, sans préciser le montant.
  • Chez BNP CIB, le montant de la prime varie de 600 à 1200 euros selon le niveau de séniorité de la recrue.

Il est à noter que le montant de la prime dépend de plusieurs facteurs comme la rareté du profil recruté, le contrat signé et sa durée. Ainsi, plus un contrat implique une collaboration longue et plus la prime de cooptation sera élevée.

L'importance de la prime de cooptation dans le recrutement interne

La prime de cooptation joue un rôle crucial dans le recrutement interne. En effet, elle encourage les salariés à participer activement à la recherche de nouveaux talents en exploitant leur réseau.

La cooptation est une méthode efficace pour recruter des profils de qualité. Elle permet en effet d'accéder à des candidats qualifiés recommandés directement par les salariés de l'entreprise. De plus, elle favorise la mobilité interne, les collaborateurs étant les premiers informés des offres à pourvoir.

Le recrutement par cooptation présente également l'avantage d'être peu coûteux pour l'entreprise, qui n'a pas besoin de faire appel à un cabinet de recrutement spécialisé ou de publier des offres d'emploi payantes.

Enfin, la prime de cooptation peut être perçue comme un avantage salarial, au même titre que d'autres avantages offerts par l'entreprise, ce qui peut contribuer à l'attractivité de l'entreprise et à la satisfaction des salariés.

Les avantages de la prime de cooptation

La prime de cooptation offre plusieurs bénéfices significatifs.

  • Motivation des employés : elle représente une source de motivation pour les employés, les incitant à participer activement au développement de l'équipe en recommandant des candidats compétents de leur réseau.
  • Réduction des coûts de recrutement : elle peut aussi permettre de réduire les coûts de recrutement. En effet, les coûts associés à la recherche et à l'embauche de nouveaux employés peuvent être considérablement diminués lorsque les recommandations viennent de l'intérieur de l'entreprise.
  • Meilleure intégration des nouveaux employés : les candidats cooptés ont généralement une meilleure intégration car ils ont déjà un lien avec un employé existant et sont donc plus susceptibles d'adhérer aux valeurs de l'entreprise.
  • Renforcement de l'engagement des collaborateurs : la prime de cooptation peut également renforcer l'engagement des collaborateurs en les impliquant dans le processus de recrutement, ce qui peut contribuer à renforcer leur sentiment d'appartenance et d'engagement envers l'entreprise.
  • Recrutement de personnes de confiance : enfin, la prime de cooptation offre une forte chance de recruter quelqu'un de confiance, ce qui peut réduire les risques associés à l'embauche de nouveaux employés.

Les inconvénients de la prime de cooptation

Malgré ses nombreux avantages, la prime de cooptation présente aussi des inconvénients.

  • Risque de clonage : elle peut encourager un phénomène de clonage au sein de l'entreprise. En effet, les employés ont tendance à recommander des personnes qui leur ressemblent, tant sur le plan professionnel que personnel. Cela peut nuire à la diversité des profils au sein de l'entreprise et limiter l'innovation.
  • Pression pour le coopteur et le coopté : la cooptation peut mettre une pression sur le coopteur qui engage sa réputation en recommandant un candidat. De même, le coopté peut se sentir une pression supplémentaire pour performer, sachant qu'il a été recommandé par un collègue.
  • Absence de garantie de réussite : la cooptation ne garantit pas la réussite du recrutement. Le nouveau recruté peut ne pas répondre aux attentes de l'entreprise malgré la recommandation de son coopteur.
  • Gestion administrative accrue : la mise en place d'un programme de cooptation nécessite une organisation rigoureuse et peut entraîner une charge de travail supplémentaire pour le service des ressources humaines.

Il convient donc pour l'entreprise de bien peser les avantages et inconvénients avant de mettre en place une prime de cooptation.

Comment apparait la prime de cooptation sur le bulletin de salaire ?

La prime de cooptation figure dans la section des compléments au salaire de base sur le bulletin de salaire, sous la rubrique des autres indemnités. Elle s'ajoute à la rémunération brute du salarié, au même titre que les autres primes et gratifications.

  • Elle peut être indiquée sous l'appellation "prime de cooptation" ou "indemnité de cooptation".
  • Elle est généralement listée après le salaire de base et avant le total brut.
  • Elle est sujette aux cotisations sociales, donc son montant brut peut différer du montant net reçu par le salarié.

Le bulletin de salaire est le document officiel qui atteste du versement de la prime de cooptation par l'entreprise.

La prime de cooptation est-elle obligatoire en entreprise ?

La prime de cooptation n'est pas obligatoire dans les entreprises. En effet, il s'agit d'une pratique mise en place par certaines organisations afin de stimuler la participation des salariés au processus de recrutement. Le choix d'instaurer une prime de cooptation revient donc à l'employeur, qui a également toute latitude pour décider du montant de cette prime et des modalités de son versement. Il convient de souligner qu'il n'y a pas de cadre légal régissant la prime de cooptation, ce qui laisse une grande marge de manœuvre aux entreprises.

Prime de recommandation VS prime de cooptation

La prime de recommandation et la prime de cooptation sont souvent utilisées de manière interchangeable dans le contexte de l'entreprise. Toutefois, il existe une nuance entre ces deux termes. La cooptation se réfère à une recommandation faite par un employé dans le cadre d'un programme ou d'une politique existants dans l'entreprise. Les conditions de récompense y sont clairement définies.

D'autre part, la recommandation peut être faite sans qu'aucun programme spécifique ne soit en place. Elle ne génère pas nécessairement une prime pour l'employé qui fait une recommandation d'embauche. C'est pourquoi, en pratique, la prime de cooptation est plus courante que la prime de recommandation.

  • Dans le cadre de la cooptation, la prime est généralement pécuniaire mais peut aussi prendre la forme de cadeaux ou d'avantages divers.
  • En l'absence d'un programme formel, les recommandations peuvent ne pas être récompensées, sauf si l'employeur décide de le faire à titre exceptionnel.

Cet article a été rédigé par Chloé Perret

Consultante RH @Eurecia

Sur le même thème :  

femme qui conduit sa voiture pour travailler

3 mins

Barème kilométrique 2024 : quelles nouveautés ?

Cette année, les barèmes kilométriques n’ont pas été revalorisés ; ils avaient été augmentés de 10 % en 2022, puis de 5,4 % en 2023.

https://static-blog.eurecia.com/sites/default/files/styles/header/public/thumbnails/image/process-rh-automatises.png

6 mins

5 exemples de processus RH automatisés

La gestion administrative a pris le pas sur votre métier de RH ? Bonne nouvelle, de nombreux outils et logiciels existent afin d'automatiser vos tâches RH les plus courantes.

solidarité d'équipe

4 mins

Tout savoir sur la journée de solidarité

La journée de solidarité a été mise en place en 2004 pour financer des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées. Concrètement, qu’est-ce que la journée de solidarité ? On vous explique.

femme partant en vacances

7 mins

Les 7 choses à savoir sur vos congés avant le 31 mai

A l’approche du 31 mai, les mêmes questions reviennent et les salariés font le point sur leur solde de congés. Quelles sont les choses à savoir avant cette échéance ?

vacancier sur un transat

5 mins

Vacances d’été : préparer et anticiper efficacement les congés des collaborateurs

Pour les managers et les RH, les vacances d’été sont souvent associées à un casse-tête. Les demandes de congés payés des collaborateurs doivent être arbitrées de façon à ce que l’activité se poursuive dans de bonnes conditions.

équipe souriante

5 mins

7 tendances autour de l’expérience collaborateur

Les tendances de l’expérience collaborateur du moment, pour vous inspirer à développer une stratégie RH orientée performance et bien-être au travail

Point rh légal

7 mins

Le point RH légal : ce qu’il s’est passé en mars

Bien sûr, au mois de mars, nous attendons tous traditionnellement l’arrivée du printemps et le passage à l’heure d’été (c’est bon pour le moral)… mais cette année, nous savons que vous attendiez surtout la suite de la saga juridique « congés payés…

femme devant ordinateur

6 mins

6 étapes pour faire le diagnostic RH d’une entreprise

Tout pour réaliser le diagnostic RH de votre organisation et optimiser votre stratégie de Ressources Humaines.