hpi-talent-entreprise.png
  • Management et bien-être
  • 04/06/2021

HPI en entreprise : quelle place pour ces talents ?

Haut potentiels intellectuels, surdoués, zèbres... il existe bien des termes pour désigner les personnes bénéficiant d’aptitudes intellectuelles supérieures à la norme. Si cette particularité atypique peut sembler être une chance pour les personnes concernées et pour les entreprises qui recrutent ces talents, qu’en est-il en pratique ?  

Les collaborateurs à haut potentiel se managent-ils de la même façon ? Peut-on leur confier n’importe quelle mission ? Aujourd’hui en France, on estime à 1.5 million le nombre de surdoués. C’est un nombre à la fois peu élevé, et à la fois suffisamment conséquent pour que vous ayez, au sein de vos collègues, quelques profils dont vous ignorez peut-être la capacité. 

 

Qui sont HPI ? Quelles sont leurs spécificités ?

Le haut potentiel intellectuel est une caractéristique. Ce n’est ni un handicap, ni une bénédiction : c’est une faculté intellectuelle qui permet aux individus de traiter des idées complexes de manière plus efficientes que leurs pairs. Bien qu’il n’y ait pas de consensus sur une "norme", une personne dont le QI est supérieur à 130 (QI moyen = 100) est considérée comme un HPI.  

Cette définition peut être trompeuse, puisque les personnes dotées d’un haut potentiel ne sont pas forcément des génies des maths ou des scientifiques fous... En revanche, ce sont des êtres doués d’une manière de raisonner différente, dite en arborescence. Une idée en entraine une autre, puis une autre. 
D’un point de vue purement physiologique, les connexions cérébrales se font également plus rapidement que la moyenne, d’un hémisphère du cerveau à l’autre, ou au sein du même hémisphère. 

Il existe aussi les HPE (haut potentiel émotionnel) qui font également partie de la catégorie des HP. Ce sont les personnes bénéficiant d’une très forte intelligence émotionnelle et qui sont capables de décrypter avec une grande précision leurs propres émotions ou celles des autres. 

HPI, HP ou HPE... ces personnes dotées de compétences techniques, intellectuelles et émotionnelles de haut niveau peuvent se révéler être de véritables atouts pour les entreprises. À condition de parvenir à tirer profit de leurs talents

 

Peut-on reconnaitre un HPI ?

Il existe autant de personnalités chez les HPI... qu’il existe de personnalités. Impossible de dresser le “portrait-robot du parfait HPI”, puisqu’il n’y a pas de traits de personnalités spécifiques et exacerbés chez les hauts potentiels, même si on leur reconnait certains traits communs comme l'humour, le perfectionnisme, mais aussi l’hypersensibilité émotionnelle.  

Certains sont brillants, mais extrêmement discrets. D’autres super performants et un tantinet fanfaron. Ils sont à la fois explorateurs, philosophes, artistes ou sociologues... Une chose est sûre, ils ont une énorme capacité de travail, d’agilité, d’adaptation, de réflexion et d’exécution. Ils ont aussi une capacité étonnante à relever les challenges, mais aussi à pointer du doigt les dysfonctionnements qu’ils exprimeront sans filtre. 

Seul bémol : quasiment aucun d’entre eux ne vous dira qu’il est un haut potentiel. Déjà, parce qu’il l’ignore surement, mais surtout parce que les connaissances communes autour des HPI sont encore très minces, et souffrent de l’héritage du terme de “surdoué” et de tous les préjugés qui vont avec. Quelle personne irait marquer sur son CV quelle est surdouée sans avoir l'air prétentieuse ? 

 

Comment manager les HPI ?

Pourtant, savoir que vous avez un HP dans votre équipe vous simplifierait drôlement la tâche ! Car on ne manage pas un haut potentiel comme les autres collaborateurs, et que ce n’est pas toujours de tout repos. 

Votre collaborateur surdoué est probablement doté d’une extrême sensibilité, d’une intuition aiguisée, mais aussi d’un fort besoin de liberté et d’autonomie. Les managements de type directifs seront très difficilement vécus, et on lui préfèrera des managements délégatifs avec un rapport hiérarchique peu marqué. Le but : lui permettre d'explorer et d’exploiter l’intégralité de son talent, de sa créativité et de son esprit déductif sans être restreint par un système hiérarchique qui entraverait sa productivité. 

Privilégiez une relation de confiance, humaine, personnalisée et sincère. Montrez à votre collaborateur que vous lui faites confiance et qu’il peut en faire de même, et misez sur ses soft skills particulièrement performants. Favorisez son autonomie, challengez-le sans le limiter pour lui permettre d’entretenir son potentiel sur la durée, tout en lui apportant un cadre pour qu’il reste bien centré sur la mission.

N’hésitez pas à lui confier des missions aux problématiques complexes, nécessitant une vision à 360° pour satisfaire son besoin intellectuel. Attention à l’ennui chez les HP qui ont besoin d’être stimulés en permanence et qui supportent difficilement la routine !

 

- Coup de pouce de la rédac -

Connaissez-vous le management bienveillant ? C'est un concept de management où le manager accompagne ses collaborateurs de manière positive et sincère. Le manager bienveillant a une attitude vraie et permet à son équipe de se développer tant professionnellement que personnellement.

Voici nos 7 conseils pour être ou devenir un manager bienveillant !

 

Les HPI : un atout de taille pour les entreprises ?

Les HPI s’adapteront plus facilement dans les entreprises agiles, réceptives au changement, ou en perpétuel mouvement. S’ils s’épanouissent dans l’entreprise et qu’on les place au bon poste, ils peuvent très rapidement devenir de véritables boosters de performance

En raison de leur esprit de synthèse, de leur capacité à mobiliser en même temps plusieurs compétences et de leur attrait pour le rapport humain, ils seront particulièrement performants dans la gestion de projet. 

Profils clairvoyants, ils cernent vite leurs collègues et les aspirations de chacun. Et il en est de même pour les projets ou process : ce qui fonctionne et plus encore ce qui dysfonctionne leur apparait souvent rapidement. 

Force de proposition, leurs préconisations sont souvent pertinentes et justes. Leur perpétuel besoin de compréhension fait d’eux des personnes très innovantes, ayant une vision toujours tournée vers l’avenir. 

Pro du brainstorming grâce à leur pensée en arborescence, ce sont des personnes plutôt créatives qui multiplient les idées, mais dont chacune est connectée avec une autre pour un ensemble qui fait sens. Autre attribut souvent aux antipodes de la créativité, ce sont des personnes organisées qui arrivent à structurer leurs idées pour les rendre concrètes. 

Les zèbres sont des êtres intègres, qui chercheront du sens dans tout ce qu’ils font et qui pourront refuser une mission s’il considère qu’elle n’a pas lieu d’être, ce qui poussera leurs managers à se remettre en question et à prendre du recul sur les projets pour s’assurer que la direction prise est la bonne. En ce sens, ils agiront indirectement comme un guide et aideront à structurer les projets. 

Enfin, en raison de leur tempérament franc, explosif, extrêmement fidèle et engagé, mais aussi de leur terrible manque de confiance en eux qui les crédite d’une grande honnêteté et de leur altruisme, les HPI peuvent rapidement devenir des leaders naturels en qui les collaborateurs se tourneront pour demander conseils, et qui, s’ils sont ambassadeurs de l’entreprise, propageront une aura auprès de leurs collègues, très bénéfique à l’entreprise. 

 

haut-potentiel-intellectuel.jpg

 

Les personnes à haut profil intellectuel ne sont pas des collaborateurs comme les autres : ils sont aussi épuisants qu’ils réfléchissent vite... Mais ce sont des collaborateurs engagés, de véritables bourreaux de travail, et des êtres passionnés et passionnants, à condition qu’ils trouvent leur place dans l’entreprise, qui devra quant à elle être attentive aux signes d’épuisement, plus courants chez ces personnes en raison de leur activité constante et intense. 

Ennemis de l’ennui, il faudra redoubler d’effort pour les alimenter en continu, et adapter un management personnalisé, basé sur l’autonomie et la confiance. Les nouvelles formes de travail hybride bousculés par ces derniers mois sont une chance pour ces profils, car la liberté d’organisation leur sera bénéfique. Une fois le rythme de croisière trouvé, il y a fort à penser que vos collaborateurs à fort potentiel seront vos leaders de demain, tant leur capacité à voir les choses dans leur ensemble est un atout pour l’entreprise !

Cet article vous a intéressé ? N'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter Vie de Bureau pour ne louper aucun de nos articles smiley

Je m'abonne !

A propos de l'auteur

Alice

Vie au travail

QVT, communication interne, marque employeur : je vous partage mes idées et conseils sur la vie quotidienne des collaborateurs au sein de l'entreprise.

Tous les articles