Santé et bien-être des salariés
  • Management et bien-être
  • 11/05/2015

Une meilleure santé des salariés pour plus de productivité

Dans son récent rapport « Santé et bien-être des salariés, performance des entreprises 2014 », le groupe Malakoff Médéric met en évidence l’importance du rôle que doivent jouer les entreprises en matière de santé et de bien-être des salariés, pour le profit individuel de ces derniers mais aussi en terme de compétitivité.

Absentéisme : des chiffres préoccupants

Bien que les indicateurs de l’absentéisme soient restés stables depuis quelques années, ils n’en restent pas moins élevés et montrent que la baisse de la durée moyenne d’un arrêt maladie (17,2 j en 2013 contre 18,5 j en 2010) est compensée par la hausse du nombre de salariés ayant eu au moins un arrêt (34 % en 2013 eu lieu de 32 % en 2010). Ainsi, les arrêts maladie représenteraient en moyenne 40 emplois à temps plein pour une entreprise de 1000 salariés.

Par ailleurs, l’étude démontre que l’engagement au travail des salariés diminue : seuls 22 % d’entre eux essaient d’améliorer leur façon de travailler au quotidien (contre 29 % en 2009 et 26 % en 2013). Plus alarmant encore, on observe une forte hausse du nombre de salariés déclarant qu’ils souhaiteraient prendre un arrêt maladie alors qu’ils se portent bien.  

Engagement au travail

Les causes de la montée de l’absentéisme et de la démotivation des salariés

Depuis quelques années, les entreprises doivent faire face à un vieillissement de la population active. La peur des salariés d’être dépassés par les nouvelles technologies a fait un bond de 8 points depuis 2010 et on assiste à une augmentation des problèmes de santé avec 20 % des salariés déclarant être touchés par une maladie chronique touchant la vue, l’audition ou la mémoire.

Maladies chroniques

Par ailleurs, il ressort que les salariés sont en manque de reconnaissance et d’autonomie. Alors que 37 % des salariés (54 % des cadres) déclaraient pouvoir prendre des décisions dans leur travail en 2010, ils ne sont aujourd’hui que 25 % (35 % pour les cadres). Le manque de reconnaissance (symbolique, financière ou de carrière) peut être un lourd facteur de démotivation et une cause importante d’absentéisme mais aussi de présentéisme, dont le coût est encore plus élevé que celui de l’absentéisme pour les entreprises.

Le rôle des dirigeants sur la qualité de vie au travail

Les dirigeants ont pris conscience de l’importance de la QVT. Pour 90 % d’entre eux, c’est un enjeu majeur à prendre en compte pour les prochaines années et la première raison est une augmentation de la compétitivité de l’entreprise.

Dirigeants et QVT

Pour les salariés, l’entreprise a réellement un rôle à jouer en matière de santé et de bien-être. Dans cette étude, trois éléments ressortent concernant les services qu’ils attendent le plus de la part de leur entreprise : faciliter le retour au travail après un arrêt maladie, être mieux suivi médicalement et aider au dépistage de maladies graves.

Malgré un tableau assez négatif, l’étude dépeint des salariés ayant un lien fort avec leur entreprise : 74 % d’entre eux sont fiers de travailler dans leur entreprise, 71 % sont heureux de se lever le matin pour aller travailler et 64 % recommanderaient leur entreprise à un proche, des chiffres plutôt réconfortants mais encore améliorables puisqu’aujourd’hui, 34 % des salariés disent avoir des difficultés à concilier vie professionnelle et vie de famille, une problématique dont les dirigeants restent encore trop peu conscients. 

 

Voyagez dans Vie de Bureau