trop-bien-travail-header.png
  • Management et bien-être
  • 11/12/2018

Être (trop) bien au travail : vigilance ?

Au bureau… c'est comme à la maison

Une cuisine, une salle de sport, un coin sieste, une salle bain ou même une crèche. Ces espaces de travail qui ont de plus en plus des airs de grandes et joyeuses colocations émergent ici et là. En effet, offrir à ses employés un cadre de travail convivial devient une préoccupation de plus en plus actuelle pour les entreprises. Eurécia est la première à l'affirmer : être bien dans son job est essentiel.

Adopter un ton enthousiaste dans les équipes, aménager des locaux agréables ou encore organiser des afterwork ou des week-end entre collègues :  l'environnement de travail ne se limite plus seulement au boulot, il devient un véritable lieu de vie. Résultat, on reste encore plus longtemps au bureau... Et la vie perso dans tout ça ?

Attention à l'équilibre vie pro / vie perso

Et oui..! Il ne faut pas abuser des bonnes choses. Se sentir bien au travail ne veut pas dire y rester non stop et finir par y vivre, voir même y dormir,  y faire ses soirées et y rester le weekend. Il y a une vie en dehors du bureau voyons ! Il n'est déjà pas  évident de se déconnecter du travail avec le portable et l'ordinateur qui continuent de nous relayer nos mails et appels professionnels à la maison. Alors en restant sur son lieu de travail… l'exercice se complique.

Bien que les frontières entre vie personnelle et vie professionnelle s'estompent,  il est important de conserver un équilibre entre les deux. Car lorsque l'une empiète trop sur l'autre, cela a des conséquences sur la santé et le bien-être des collaborateurs.

Que le salarié soit trop bien au travail et préfère y rester plus longtemps est donc une chose, mais qu'il se sente "obligé" de rester… Alors là, rien de plus toxique. Attention à ne pas prendre en otage les collaborateurs en prêtant à ces activités "corporate" une dimension plus ou moins obligatoire. À moins que boire une bière avec les collègues tous les vendredis soir soit dans la fiche de poste, on doit être libre d'accepter ou de décliner sans que cela impacte nos missions au sein de l'entreprise. 

Alors quoi ? On renonce au baby-foot ?

Pas de panique, vous pouvez garder le babyfoot. Veiller à l'équilibre de la vie professionnelle et de la vie personnelle est une responsabilité partagée entre l'employeur et le collaborateur. Trop de travail tue le travail : donc oui, c'est au manager d'être vigilant et d'accompagner son équipe avec bienveillance sans la pousser à bout, mais…! C'est également au salarié d'être raisonnable et ne pas vivre seulement de travail et d'eau fraîche. Chiche de laisser son téléphone dans l'entrée ce soir en rentrant à la maison ?