header_tms.png
  • Management et bien-être
  • 07/02/2020

Troubles musculo-squelettiques (TMS) : ce qu’il faut savoir !

Connaissez-vous les troubles musculo-squelettiques, aussi appelé “TMS” ? Ils représentent plus de 87 % des maladies professionnelles ayant entraîné un arrêt de travail ou une compensation financière (www.ameli.fr). 

Vous souhaitez tout savoir sur les TMS pour réduire le risque d’accident du travail et d’arrêt de travail ? La suite dans l’article ! 

 

Que sont les TMS ?

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont un ensemble d'affections de l'appareil locomoteur : muscles, tendons, nerfs, articulations, ligaments... Ils se traduisent par des douleurs et des gênes fonctionnelles. 

Le plus souvent, les douleurs apparaissent au niveau du dos et des membres supérieurs (épaules, coudes, poignets...). Cela peut arriver que les membres inférieurs soient aussi touchés, c’est notamment le cas des genoux. 

Voici quelques exemples de TMS fréquents dans le cadre d’une activité professionnelle : 

  • Lombalgie, douleurs situées au bas du dos 
  • Cervicalgie, douleurs au niveau du cou 
  • Syndrome du canal carpien, douleurs à la face interne du poignet 
  • Syndrome de la coiffe des rotateurs, douleurs à l’épaule 

 

Quels sont les facteurs de risques des TMS ? 

Les TMS sont le résultat d’un déséquilibre entre les capacités et les sollicitations du corps. Ces troubles peuvent apparaître très rapidement, mais dans la plupart des cas les douleurs s’installent de manière progressive après de nombreuses sollicitations. Ce sont les répétitions des gestes qui conduisent à avoir des douleurs. 

Il y a un lien très fort avec l’activité professionnelle. La répétition de certains gestes, même anodins, crée ces troubles ou les aggrave. Depuis plusieurs années, certains TMS sont inscrits au registre des maladies professionnelles. 

Plusieurs facteurs favorisent les TMS : 

  • Facteurs mécaniques : mouvements de force ou postures extrêmes 
  • L’environnement : température, bruit, éclairage... 
  • Facteurs psychosociales : travail monotone, tension, manque de reconnaissance, mauvaises relations sociales... 
  • Facteurs organisationnels : rythme, horaires, temps de récupération... 
  • Facteurs individuels : âge, sexe, fragilité, santé... 

 

Comment prévenir les TMS ? 

C’est une question que se posent beaucoup de RH aujourd’hui : comment prévenir les TMS ? 

La prévention des troubles musculo-squelettiques doit se faire par l’employeur en adéquation avec ses salariés, car ce sont eux qui sont directement touchés par ces risques. Il faut mobiliser tous les acteurs de l’entreprise pour agir ensemble. 

eurecia_phasespreventions-tms.png

Dans un premier temps, il faut effectuer un diagnostic pour identifier et comprendre les situations à risque de TMS.  

Dans un deuxième temps, il faut agir pour diminuer les situations à risque. Voici quelques exemples d’actions à mettre en place dans votre entreprise : 

  • Aménager les postes de travail 
  • Réduire les contraintes physiques 
  • Informer les salariés à travers des communications dédiées “santé et sécurité au travail” 
  • Organiser des réunions de prévention
  • Communiquer des éléments de prévention comme le modèle sur la posture à adopter au travail 

Enfin, il faut analyser les mesures prises afin d’évaluer les points positifs et les axes d’amélioration. Il faut s’assurer de l’efficacité des actions de prévention. N’hésitez pas à faire participer les différents acteurs de votre entreprise pour trouver des solutions ensemble. Si l’engagement n’est pas assez important, innovez ! Pour engager les salariés dans votre démarche, lancez un challenge par équipe !

Télécharger le modèle

 

Pour aller plus loin...

eurecia-infographie-tms.png

 

À propos de l'auteur
 

Marion

Blogueuse RH

Curieuse depuis ma plus tendre enfance, j'aime partager autour
du management, du bien-être au travail et de l'actu RH !

Tous ses articles 

Voyagez dans Vie de Bureau