dependance-numerique-risques-salarie-header.jpg
  • Management et bien-être
  • 09/05/2019

Dépendance numérique : quels sont les risques ?

Le numérique apporte son lot de dépendances qui peuvent peser sur le quotidien du salarié. Des usages et outils initialement destinés au bien-être se transforment parfois en comportements excessifs, et deviennent dans certains cas, de véritables addictions.
Tour d’horizon de ces nouvelles pratiques qui génèrent stress et dépendance.

La nomophobie

Il s’agit de la peur d’être éloigné de son smartphone. Les symptômes sont l’anxiété, la difficulté à réguler l’utilisation du téléphone, et le sentiment d’angoisse lorsque qu’il n’est pas directement accessible ou qu'il est déchargé. Près des deux tiers des français assument ne pas pouvoir se passer de leur smartphone pendant une journée, et seulement un tiers affirme l’éteindre avant de se coucher. La nomophobie touche principalement les adolescents et les jeunes adultes.

Les vibrations fantômes

Autrement appelées Ringxiety (l’angoisse de la sonnerie), les vibrations fantômes sont des vibrations ressenties dans la poche ou dans un sac et supposément émises par un smartphone, alors qu’il n’en est rien.

Le stress de l’e-mail

34% des salariés connectés consultent leur messagerie toutes les 15 minutes. Ce besoin compulsif freine la productivité et peut créer une forme de surmenage. Les boîtes aux lettres numériques débordent, et chacun à une façon propre de faire face à l’email overload. Découvrez nos 10 astuces pour gérer ses mails !

FOMO : la peur de rater une info

La FOMO (Fear Of Missing Out, en anglais) crée chez l’individu une sensation de manque, et une crainte de passer à côté d’une information importante. Fortement liée à une utilisation exagérée des réseaux sociaux, elle provoque un sentiment de peur de ne pas vivre les mêmes expériences sociales que ses contacts.

Le phubbing

Il s’agit de l’acte d’ignorer des personnes physiquement présentes en consultant son smartphone plutôt que de communiquer avec elles. Ce comportement antisocial est rarement volontaire ou conscient, mais est souvent perçu comme un manque de politesse au travail de la part des collaborateurs.

Mais aussi :
  • L’addiction aux Google Glass : un américain a dû suivre une cure de désintoxication après avoir développé un usage obsessionnel des Google Glass dans le cadre de son travail.
  • Smombie : contraction de smartphone et zombie. Il s’agit des piétons qui ont les yeux plongés dans leur téléphone et ne font pas assez attention à leur environnement immédiat. Attention aux trajets domicile-travail !

Pour aller plus loin> Stress numérique du salarié : comment l'éviter ?

À propos de l'auteur
 

Hadrien

Blogueur RH

J'écris régulièrement sur l'actu RH, le management
et la digitalisation de nos métiers. Au plaisir d'échanger !

Tous ses articles