Tout savoir sur l'indemnisation transactionnelle

5 mins

Tout savoir sur l'indemnisation transactionnelle

Posté le - mis à jour le

Comprendre l'indemnité transactionnelle

L'indemnité transactionnelle est une somme d'argent versée par un employeur à un employé afin de régler un litige existant ou de prévenir un éventuel litige. Elle est souvent utilisée lors de la fin de la relation de travail entre les deux parties. Ce type d'indemnité est généralement exonéré de cotisations de sécurité sociale jusqu'à un certain seuil, et peut également être exclu de l'assiette de l'impôt sur le revenu dans certains cas.

Un aspect clé de l'indemnité transactionnelle est son caractère forfaitaire, c'est-à-dire qu'elle est versée en une seule fois et vise à compenser la perte de revenus et d'avantages sociaux suite à la fin de l'emploi. Il est à noter que l'indemnité transactionnelle peut également correspondre à des dommages et intérêts dans certaines situations.

L'indemnité transactionnelle est généralement mise en oeuvre par le biais d'un protocole d'accord, aussi appelé accord transactionnel, qui est un contrat conclu entre l'employeur et le salarié.

Protocole d'accord : la base de la transaction

Le protocole d'accord, également appelé accord transactionnel, est un outil juridique essentiel dans le cadre de l'indemnisation transactionnelle. Il s'agit d'un contrat dans lequel employeur et employé font des concessions réciproques pour régler un litige ou prévenir un litige à naître. Ce contrat est souvent utilisé comme moyen de résolution des litiges, servant d'alternative à une action en justice.

Dans le cadre du droit du travail, ce protocole peut être utilisé lorsque l'employeur licencie l'employé, qui souhaite contester les conditions du licenciement, par exemple. Il est également applicable dans d'autres types de litiges, à condition que les deux parties soient d'accord sur le principe de la transaction.

Pour être valable, le protocole d'accord doit comporter des concessions réciproques entre l'employeur et l'employé. Ces concessions n'ont pas besoin d'être proportionnées, mais elles ne doivent pas être considérées comme dérisoires. En général, l'employé reçoit une indemnité transactionnelle en échange de l'abandon de son droit d'intenter une action en justice contre l'employeur.

Il est crucial de noter que le protocole d'accord doit être rédigé par écrit et qu'il est conseillé d'établir au moins un exemplaire pour chacune des parties. Cela permet d'assurer la transparence et la traçabilité de l'accord.

Comment se calcule l'indemnité transactionnelle ?

Pour calculer l'indemnité transactionnelle, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Le premier est la durée de service de l'employé, qui peut influencer le montant de l'indemnité. Plus la durée de service est longue, plus l'indemnité est généralement élevée.

Ensuite, le salaire et les avantages sociaux de l'employé sont des éléments clés dans le calcul. Le montant de l'indemnité est souvent basé sur le salaire brut de l'employé.

Les conventions collectives peuvent également avoir un impact sur le calcul. Certaines peuvent prévoir des montants minimaux et maximaux pour l'indemnité transactionnelle.

Enfin, les lois en vigueur sont à considérer. Elles peuvent par exemple fixer un plafond pour l'exonération des cotisations de sécurité sociale.

Il est également possible d'utiliser un simulateur pour calculer l'indemnité transactionnelle en brut/net.

Négociation de l'indemnité : comment bien s'y prendre ?

La négociation de l'indemnité transactionnelle se fait en plusieurs étapes. Premièrement, vous devez vous préparer en recueillant toutes les informations nécessaires liées à votre emploi et aux circonstances de la rupture. Cela peut comprendre votre salaire, vos avantages, la durée de votre emploi, et tout autre facteur pertinent.

Deuxièmement, il est recommandé de consulter un avocat ou un conseiller en droit du travail. Ils peuvent vous aider à comprendre vos droits et à préparer vos arguments.

Troisièmement, lors de la négociation avec votre employeur, assurez-vous d'être clair sur vos attentes et d'être prêt à faire des compromis. N'oubliez pas que l'objectif est de parvenir à un accord mutuellement bénéfique.

Enfin, soyez prêt à justifier le montant que vous demandez. Vous pouvez utiliser vos recherches et les conseils de votre avocat pour étayer vos arguments.

Indemnités transactionnelles et rupture conventionnelle

En cas de rupture conventionnelle, l'indemnité transactionnelle peut être versée au salarié. Elle est généralement exonérée des cotisations de sécurité sociale et suit le même régime social que l'indemnité de rupture conventionnelle. Cependant, pour être valide, la transaction doit intervenir après l'homologation de la rupture conventionnelle et ne peut pas porter sur l'indemnité de rupture elle-même.

En termes de montant, l'indemnité transactionnelle doit être au moins équivalente à l'indemnité légale ou conventionnelle de licenciement. Toutefois, en cas d'accord collectif prévoyant une indemnité de licenciement plus avantageuse, l'indemnité de rupture ne peut être inférieure à cette indemnité conventionnelle.

La fiscalité des indemnités transactionnelles

La fiscalité des indemnités transactionnelles est soumise à des règles spécifiques. En règle générale, elles sont incluses dans la déclaration de revenus pour l'année fiscale pendant laquelle elles ont été reçues, et se déclarent sur la 2042 comme les salaires. 

En revanche, une portion de ces indemnités peut être exonérée d'impôt. Cette exonération concerne le plus petit des deux montants suivants : l'indemnité légale ou conventionnelle de licenciement, ou la fraction non soumise à cotisations de Sécurité sociale. De plus, 50% de l'indemnité totale (avec des limites spécifiques pour chaque année) ou le double de la rémunération annuelle brute perçue au cours de l’année civile précédant la rupture du contrat de travail peuvent également être exonérés.

Il est à noter que l'indemnité transactionnelle versée en plus d'une indemnité de licenciement est considérée comme une majoration de celle-ci, et le total est donc exonéré d'impôts dans un certain plafond.

Est-ce que les indemnités transactionnelles sont imposables ?

L'imposition de l'indemnité transactionnelle dépend de plusieurs facteurs. En principe, cette indemnité est imposable à l'impôt sur le revenu. Cependant, certaines portions peuvent être exonérées d'impôt selon les règles fiscales en vigueur.

Par exemple, la fraction qui correspond à des sommes exonérées, comme l'indemnité légale ou conventionnelle de licenciement, peut être exemptée. De plus, une partie de l'indemnité peut être exonérée jusqu'à un certain seuil. Ce dernier est défini comme le plus élevé des montants suivants :

  • 50% de l'indemnité totale (dans la limite de 246 816 € pour 2021 et 2022 ou 263 952 € pour 2023)
  • Le double de la rémunération annuelle brute perçue au cours de l’année civile précédant la rupture du contrat de travail (dans la limite de 246 816 € pour 2021 et 2022 ou 263 952 € pour 2023).

Il est crucial de noter que ces règles peuvent varier en fonction du contexte de la transaction et des modalités spécifiques de l'accord transactionnel.

Cet article a été rédigé par Chloé Perret

Consultante RH @Eurecia

Sur le même thème :  

un homme qui travaille sur son ordinateur

4 mins

4 bonnes raisons de profiter de l’été pour revoir et structurer vos process RH

Gestion des absences et des congés, temps de travail, recrutement, administratif… Pour le bon fonctionnement de l’entreprise, ces diverses activités sont structurées par divers processus RH. De temps à autre (notamment quand les effectifs augmentent…

homme qui se détend au bureau

5 mins

6 idées pour dynamiser votre été au bureau

Avec l’arrivée de l’été, les journées ensoleillées et les collègues partis se dorer la pilule, il est naturel de ressentir une certaine envie d’évasion. Mais, cela ne signifie pas que vos journées d’été au bureau doivent être ternes et monotones.…

femmes regardant l'actualité sur leur ordinateur

6 mins

Le point RH légal : ce qu’il s’est passé en juin

Les vacances d’été arrivent à grands pas. Mais avant de se déconnecter, faisons un petit récap’ des nouveautés du mois de juin, avec notamment l’étude de quelques jurisprudences intéressantes.

https://www.eurecia.com/sites/default/files/styles/header/public/thumbnails/image/media_6_2.png

4 mins

RH : tout connaître du bilan professionnel à 6 ans !

Législation, objectifs, processus... Résumé complet du bilan professionnel à 6 ans !

équipe soudée et heureuse

6 mins

6 étapes pour mettre en place une bonne stratégie QVCT

La semaine de la QVCT se tiendra du 17 au 21 juin 2024. À cette occasion, nous avons détaillé les 6 étapes à suivre pour mettre en place une bonne stratégie QVCT.

fiche de salaire

5 mins

Transparence des salaires : de quoi parle-t-on ?

La transparence des salaires est un sujet qui fait débat. Mais peut-être plus pour très longtemps. Avec la directive européenne du 10 mai 2023, le Parlement européen entend uniformiser les choses en obligeant les entreprises qui atteignent un…

homme ordinateur

7 mins

Le point RH légal : ce qu’il s’est passé en mai

Le mois de mai a pris fin et avec lui ses agréables ponts. Mais si un certain nombre d’entre nous avons pu en profiter pour décrocher quelques jours, il s’est aussi passé des choses intéressantes coté actualités légales. On vous récapitule tout ça !

équipe qui se tape dans les mains

6 mins

5 raisons de digitaliser la gestion des talents pour une PME

Gestion des talents : qu’est-ce que c'est ? Quels sont ces enjeux ? On vous explique tout !