Burn out : l'épuisement professionnel des salariés

6 mins

Burn out : l'épuisement professionnel des salariés

Posté le 30/11/2022 - mis à jour le 09/12/2022

Ressentir du stress au travail est fréquent. En cas de prolongation ou d'aggravation de cet état, il peut conduire au burn out. Comment en repérant les signes avant-coureurs ? Quelles dispositions l'employeur peut-il mettre en place en guise de prévention ? Quelles sont les protections du salarié ?

Zoom sur l'épuisement professionnel qui mène au burn out.

Qu'est-ce que le burn out ?

Selon l'OMS (Organisme mondial de la Santé), le burn out est un sentiment de fatigue intense. Celle-ci conduit à une perte de contrôle et d'incapacité à aboutir à des résultats concrets à son poste de travail. Le burn-out est un trouble psychique accompagné par un stress chronique. Les causes sont des conditions de travail démotivantes et frustrantes.

Qui est sujet du burn-out ?

Le burn out touche principalement les personnes avec de fortes attentes envers leur travail. Ces salariés donnent beaucoup d'importance et de sens à leur métier. Les conditions d'emploi ne leur permettent pas de mobiliser les ressources nécessaires à une forte implication à leur poste. Ces personnes finissent par s'épuiser dans un contexte de stress professionnel chronique.

Quels sont les signes d'un burn out ?

Des signes physiques et psychiques se distinguent dans le burn out. Ces symptômes sont nombreux : 

  • Épuisement : fatigue intense et constante, sensation de surcharge au travail
  • Manque d'enthousiasme au travail : démotivations face aux tâches professionnelles habituelles, négativité
  • Diminution de la performance à son poste de travail : difficultés de concentration ou à gérer son stress
  • Apparition d'inquiétude et d'anxiété : vide émotionnel, sentiment d'être dépassé par les événements, inquiétudes sur les performances au travail
  • Apparition de troubles du sommeil : insomnies, difficultés à s'endormir
  • Troubles de l'humeur : irritabilité, désocialisation, indifférence, froideur
  • Divers symptômes physiques : mal de dos, migraines, maux de ventre, problèmes de peau, manque d'appétit

Ces symptômes peuvent disparaître spontanément. Ils laissent place à des signes caractéristiques du burn out. Apparaissent un sentiment d'échec, de la frustration, une dépression, etc.

Quelles sont les causes d'un burn out ?

Le burn out tient souvent son origine du contexte professionnel. Il peut dans certains cas survenir face à des situations personnelles. Il découle d'un mal-être au travail, et d'un emploi stressant lié entre autres à :

  • une surcharge de travail
  • des objectifs inatteignables
  • des tensions parmi les employés
  • une insécurité au travail
  • des complices entre les salariés de l'entreprise

Survient alors un surmenage face à un état d'épuisement physique et mental.

Combien de temps dure un burn out ?

Un salarié en burn out dispose d'un arrêt de travail compris entre 1 et 3 mois. Le long processus de guérison comprend plusieurs phases pour les patients. Il nécessite une prise en charge par un professionnel de santé spécialisé dans le burn out. Le salarié travaille en collaboration avec son médecin pour un retour au travail dans de bonnes dispositions.

Quelles sont les séquelles d'un burn out ?

Les séquelles physiques, cognitives ou morales d'un burn out varient d'un individu à l'autre. Cela peut être des séquelles au niveau du système cardiovasculaire, du squelette ou des muscles. Le burn out peut affecter la concentration, la mémoire ou la logique de la personne sur le long terme. Sur le plan moral, un salarié victime de burn out est impacté sur son rapport au travail et sa quête de sens.

Prévenir le burn out en entreprise

L'employeur doit savoir repérer et prévenir le risque de burn-out en entreprise pour le bien-être de ses salariés.

Comment repérer un burn out en entreprise ?

Le burn out peut être difficile à repérer. Il s'agit de distinguer les périodes intenses de l'activité occasionnant un stress accru d'un syndrome de burn out. Cette maladie touche tout type de profils professionnels. Les jeunes cadres, chefs d'entreprise et employés de bureau sont tous concernés.

L'employeur peut porter attention aux états de fatigue, aux baisses d'énergie, à la nervosité, à l'isolement ou à la perte de motivation de ses salariés.

Comment éviter l'apparition du burn out en entreprise ?

L'employeur est tenu de sensibiliser le personnel sur le risque de burn out par le biais d'affichages ou de formations. Il doit mettre en place des actions concrètes pour assurer la santé mentale de ses salariés. Cela passe par un environnement professionnel sans risques pour le personnel. L'employeur a l'obligation d'éviter les facteurs de stress pouvant conduire au burn-out.

L'employeur peut opérer les aménagements suivants :

  • Encadrer l'utilisation des outils informatiques en dehors des heures de travail
  • Contrôler le temps de travail des salariés grâce à un suivi des horaires
  • Éviter les postes stressants et propices à l'isolement
  • Faciliter la convivialité par le biais de pauses collectives
  • Éviter une surcharge de travail tant sur la quantité que sur la efficacité des objectifs donnés
  • Être en alerte sur les postes en relation avec le public, sources de stress et d'exigences émotionnelles
  • Donner de l'autonomie et une marge de manœuvre aux salariés dans leurs responsabilités
  • Veiller à la sécurité des salariés au sein de l'établissement

Quels sont les risques liés au burn out ?

En cas de burn out d'un salarié, la responsabilité de l'employeur peut être engagée. Ce dernier encourt des sanctions. L'employeur peut être condamné à indemniser le salarié pour faute inexcusable. Cette faute lui est imputable en l'absence de protection en cas de danger connu.

Comment sortir d'un burn out ?

Un burn out peut dévaster la vie d'un salarié et favoriser de graves séquelles. Sa prise en charge est nécessaire par un médecin qualifié. Le salarié dispose de droits et de protections juridiques face au déclenchement de cette maladie.

Comment prouver un burn out ?

Le salarié peut en premier lieu prévenir son employeur, et les institutions représentatives du personnel, de son état de santé. L'employeur est tenu de réagir face au burn-out du salarié. Il doit mettre en place les mesures nécessaires pour protéger l'employé. Il répond à une obligation de résultat en matière de sécurité.

Faire connaître sa maladie auprès de la CPAM

Pour garantir ses droits, le salarié doit faire reconnaître sa maladie auprès de la CPAM. Le burn out doit être inhérent au travail. Ainsi, il doit faire l'objet d'une maladie professionnelle ou d'un accident du travail. C'est une étape difficile pour le salarié. Ce syndrome ne figure pas sur le tableau des maladies professionnelles. Une reconnaissance est effectuée au cas par cas, en fonction de chaque individu.

L'employé doit traiter que ces symptômes sont liés à une souffrance au travail. Pour cela, son médecin traitant doit le déclarer en incapacité permanente à hauteur de 25 %. Cela correspond à un état dépressif majeur. Le Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) a pratiqué le "lien direct et essentiel" entre les symptômes et son emploi.

Saisir les juridictions appropriées

En cas de réponse positive, le salarié peut saisir le tribunal de grande instance pour faire reconnaître la faute inexcusable de l'employeur. En cas de réponse négative, la personne peut saisir le Conseil de Prud'hommes. Cela lui permet de demander la résiliation judiciaire de son contrat de travail, ou de faire cesser la situation en cause.

Le burn out peut être difficile à décélérer par l'employeur ou le salarié. Il touche toutes les catégories de personnel et tous les secteurs professionnels. L'obligation de garantir la santé et la sécurité sur le lieu de travail incombe à l'employeur. Il doit mettre en place des mesures pour prévenir l'apparition de cette maladie.

Cet article a été rédigé par Chloé Perret

Consultante RH @Eurecia

Sur le même thème :  

femme recrutée accueillie par son équipe

2 mins

Parcours d'intégration : ces petits plus qui font la différence

Découvrez tous nos conseils pour faire la différence lors du parcours d'intégration de vos nouvelles recrues !

https://www.eurecia.com/sites/default/files/styles/header/public/thumbnails/image/manager-developper-comptences-colaborateurs.png

5 mins

6 astuces pour accompagner la montée en compétences de ses collaborateurs

Vous souhaitez développer les compétences de votre team ? Voici nos 6 astuces !

entretien-annuel

5 mins

4 étapes pour préparer les entretiens annuels d’une PME

Un petit guide en 4 étapes pour préparer efficacement les entretiens annuels d’évaluation au sein de votre entreprise.

salariée épuisée

5 mins

Qu'est ce que l'épuisement professionnel ?

L’épuisement professionnel est un état de fatigue physique et émotionnelle occasionné par des situations de stress dans l’environnement professionnel.

un homme qui fait passer un entretien à une candidate

6 mins

Qu'est ce que le recrutement ?

Le recrutement est une étape importante de la vie d’une organisation quels que soient sa taille et son secteur d’activité. Il doit être conduit avec soin pour satisfaire les besoins de l’entreprise.

un médecin qui prescrit à un patient

4 mins

Du SST au SPST : on vous dit tout sur le service de prévention et de santé au travail

Depuis le 31 mars 2022, les Services de Santé au Travail (SST) sont devenus les Services de Prévention et de Santé au Travail (SPST). Simple changement d’acronyme ? Pas vraiment !

bureau rempli ordinateurs portables

4 mins

Bonnes pratiques pour limiter l'hyperconnexion aux écrans

Comment déconnecter des écrans pour gagner en sérénité et en efficacité ? Découvrez toutes les clés et bonnes pratiques à adopter !

equipe en reunion

5 mins

Soft skills vs. hard skills : le choc des compétences

Les compétences professionnelles se déclinent en soft skills et hard skills. Ce sont deux facettes du profil des collaborateurs. Elles contribuent toutes deux à la réussite dans le monde du travail.