syndrome-imposteur-entreprise.png
  • Management et bien-être
  • 19/03/2021

Syndrome de l'imposteur : comment se faire confiance au boulot ?

Vous ne le savez pas encore, mais peut-être vous souffrez du syndrome de l’imposteur. Ah bon ? Comment ça je suis un imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur, c’est lorsqu’une personne a tendance à minimiser ses compétences ou ses réussites, à les attribuer à quelqu’un d’autre, ou à un facteur extérieur. Elle ne se sent jamais à la hauteur, toujours empreinte au doute. Au-delà de la confiance en soi, le syndrome de l’imposteur relève plutôt de la dévalorisation de ses propres aptitudes (notamment professionnelles) souvent poussée à l’extrême.

En entreprise, le syndrome de l’imposteur peut se révéler bien gênant... Comment évoluer professionnellement quand on doute toujours de soi ? Et qu’on a du mal à s’attribuer le mérite de ses actions. Plus largement, qu’en est-il de la relation avec ses collègues ? Décryptage du syndrome de l’imposteur : le reconnaitre, lutter contre, et reprendre confiance en soi.

Comment reconnaitre le syndrome de l’imposteur ?

Que ce soit à titre personnel ou pour mieux comprendre le fonctionnement d’un collègue, voici comment reconnaitre les caractéristiques du syndrome de l’imposteur.

C’est une personne qui :

  • Croit toujours que sa réussite est due à une situation particulièrement favorable, presque par la chance, ou grâce à ses collègues qui ont fait tout le travail.
  • Est mal à l’aise face aux félicitations ou aux éloges, car elle estime (très sincèrement) qu’elle ne les mérite pas.
  • A le sentiment de duper son entourage ou son entreprise, que celle-ci s’est trompée en l’embauchant, qu’elle est illégitime sur son poste.
  • A le sentiment perpétuel que le travail qu’elle a effectué n’est pas suffisant, pas abouti Pense que ses missions auraient pu être réalisées par n’importe qui, qu’elles ne demandaient pas de compétences particulières.
  • A toujours peur de ne pas être à la hauteur des attentes notamment de sa hiérarchie, et encore plus dans ses domaines d’expertise.
  • Pense continuellement que quelqu’un à niveau équivalent aurait pu faire beaucoup mieux, ou qu’il existe des compétences bien supérieures aux siennes.
  • Redoute la réussite, mais a encore plus de mal à gérer l’échec.

Vous l’aurez compris, les personnes souffrant de ce mal-être ne sont pas faussement modestes, elles sont convaincues qu’elles ne méritent ni compliments, ni évolutions professionnelles. Elles sont persuadées qu’elles dupent leur entourage avec de fausses compétences et redoute que quelqu’un se rendent compte de leur supercherie à tout moment.

syndrome-imposteur.png

Comment lutter contre le syndrome de l’imposteur, et reprendre confiance en soi ?

En lisant le paragraphe précédent, vous vous êtes dit “Mince ! C'est tout moi” ou bien “Je m’y reconnais un peu dans certaines situations”, et venez peut-être de mettre des mots sur vos maux. Il faut donc maintenant passer l’étape de la libération et arrêter de vous autosaboter !

Voici quelques points à travailler :

  • Faites un point avec vous-même : vos qualités, vos défauts, vos points forts/points faibles, vos domaines de compétence... essayez d'établir une liste objective pour une vision d’ensemble de votre profil, sans jugement. Faites un auto-constat de vous-même.

  • Conditionnez-vous dans un état d’esprit po-si-tif : arrêtez de penser que vous êtes nuls, que les autres sont plus qualifiés. Demandez-vous plutôt si la mission demandée a bien été effectuée, dans les temps impartis, conformément au cahier des charges... Ne vous comparez pas aux autres. On a parfois l’impression que ses collègues sont plus qualifiés, connaissent mieux le projet ou l’entreprise, ou sont tout simplement meilleurs. Chacun, avec son domaine d’expertise, a ses qualités et ses défauts, et c’est pour ça que l’on compose des équipes. Si vous faites partie de l’équipe, c’est qu’on a besoin de vous.

  • Acceptez les erreurs : si vous abordez vos projets en ayant tout le temps peur de vous tromper, alors vous vous tromperez probablement à force de vous mettre la pression. Il vaut mieux prendre les choses en main et les faire avancer, même si elles ne vous paraissent pas parfaites, plutôt que d’attendre la perfection (un idéal qui vous donnera beaucoup de stress et vous mettra toujours hors délais).

  • Fixez des limites : quel est votre objectif à atteindre sur tel ou tel projet ? À partir de quelle étape considérez-vous que l’objectif est atteint ? En faisant cela, vous réaliserez que tout ce qui va au-delà, c’est du bonus non obligatoire.

  • Appréciez vos réussites. “Mes quoi ?” Oui oui : vos réussites. Prenez le temps d’apprécier avec un peu de recul certains projets passés dans leur globalité, et regardez ce qui a été fait sans vous attarder sur ce qui ne l'a pas été. Vous vous rendrez compte de la quantité de travail accompli, mais aussi de sa qualité. Soyez indulgent avec vous-même, avec du recul ce n’était pas si mal wink

  • Mettez en avant vos réussites auprès de vos collègues. C’est probablement l’exercice qui sera le plus difficile, mais vous vous confronterez ainsi réellement à leur regard, et vous pourriez vous rendre compte que pour eux, vous avez fait du super boulot !

Au travail, le syndrome de l’imposteur, c'est un réel manque de confiance dans ses compétences. Parfois, parce qu’on a du mal à s’auto-évaluer, et parfois parce qu’on est réellement impressionnés (voir un peu apeuré) par les compétences des autres. Pourtant, peu importe la cause, cette vision de notre travail est erronée par un jugement subjectif. Si vos collègues ou votre manager vous gratifient, c’est qu’ils ont l’expertise suffisante pour estimer que vous le méritez, alors autant l’accepter wink

Profitez de ce soupçon de confiance pour vous révéler ! Exprimez à vos collègues votre satisfaction concernant un de vos projets et profitez de leur feedback. Plus vous reprendrez confiance en vous, plus vous prendrez du plaisir à travailler, et cela se ressentira dans vos projets !

 

- Le zoom de la rédaction - 

Le feedback 360° est une technique d’évaluation qui implique l’entourage professionnel du salarié évalué. Parmi son entourage on peut compter son manager, ses collègues, les partenaires internes et externes... Bref, toutes les personnes en contact avec la personne concernée. 

Vous souhaitez mettre en place les feedback 360° auprès des collaborateurs de votre entreprise ? Découvrez juste ici notre modèle gratuit !

Je télécharge le modèle

A propos de l'auteur

Alice

Chargée de com'

QVT, communication interne, marque employeur : je vous partage mes idées et conseils sur la vie quotidienne des collaborateurs au sein de l'entreprise.

Tous les articles