travailler-fetes-header.png
  • Management et bien-être
  • 11/12/2018

Rester bûcher pendant les fêtes : 6 raisons de ne pas déprimer

Alors que vos collègues ont déserté leur bureau, vous êtes là pour garder le fort pendant les fêtes. Et si ce n'était pas la déprime mais le bon plan au final ? 

Pas d'embouteillages !

Plus besoin de prévoir 1h de route pour faire 20 km, les axes sont libérés et la circulation est fluide ! Ah... la magie de Noël.

Profitez de la tranquillité

Une fois la plupart de vos collègues en vacances, les bureaux deviennent soudain calmes. Vous découvrez alors une toute autre ambiance de travail ; les journées paraissent moins fatigantes. Bien sûr, vous adorez vos collègues, mais cette quiétude ne vous déplait pas.

Avancez sur votre travail

Les choses tournent au ralenti à cette période de l'année, moins de mails, moins d'appels, moins de réunions et donc plus de temps pour avancer sur son travail. C'est le moment idéal pour rattraper son retard voir même pour s'avancer. Le pied !

Partagez un moment privilégié avec vos collègues

Pendant que le reste de l'équipe est en congé, pourquoi ne pas en profiter pour faire plus ample connaissance avec vos collègues ici présents ? Ça rapproche d'être dans le même bateau pas vrai ? C'est l'occasion d'échanger, de manger ensemble, pourquoi pas même de s'organiser un petit réveillon à vous ? 

Lâchez-vous (un peu)

Vous avez toujours rêvé de faire une course de chaises à roulettes au bureau ? Saisissez votre chance, temps que vous êtes en comité restreint, ce sera votre petit secret. Pour les plus malicieux(ses), vous pouvez laisser des petites "surprises" sur le poste de vos collègues absents : un petit mot, un nouveau fond d'écran... C'est Noël, réveillez l'enfant qui est en vous. 

C'est toujours des économies

Ne pas partir, ce n'est pas si mal, les billets sont hors de prix au moment des fêtes. Au moins vous gardez vos congés au chaud pour en profiter au printemps ou cet été. Pour certain(e)s vous serez même payé(e) plus le 25 décembre et le 1er janvier. 

 

Alors ? Qui a dit qu'on n'en profitait pas aussi tout en restant travailler, pendant les fêtes de fin d'année ?