header_planbgreve.png
  • Actu RH
  • 04/12/2019

Mouvements de grèves : quels plans B ?

Acté depuis quelques semaines déjà, le mouvement de grève du 5 décembre contre la réforme de retraites, grand sujet des pauses café - pour le meilleur et le pire - se profile désormais. Suivie dans de nombreux secteurs (transports, écoles, hôpitaux, raffineries, police…), et illimitée dans certains (RATP) la grève va perturber, de manière ponctuelle ou durable, le quotidien des français.

A moins d’habiter à 100m de son lieu de travail ou d’avoir prévu de dormir près de son lieu de travail pour l’occasion (si si, c'est même Le Figaro qui le dit !) vous avez certainement commencé à réfléchir à votre plan d’action pour éviter le passage par la case « retard » le jour J. Pour vous éviter de devoir tapisser le mur de votre salon de plans, photos et fil rouge reliés par des punaises, on vous donne nos astuces :

 

Aménagement des horaires de travail

Vous aussi vous êtes adeptes de la journée « standard » de 9h/18h ? Pour éviter de vous retrouver compacté dans un métro en pleine heure de pointe, frôlant l’asphyxie, ou coincé dans les bouchons à pester sur vos compagnons d’infortune motorisés, n’hésitez pas à demander à votre employeur s’il vous serait possible de venir plus tôt au bureau ! Vous éviterez de faire partie des hordes de travailleurs sur les nerfs et arriverez plus zen (et productif) au bureau.

Avouez, vous en aviez rêvé (comme 60% des français) ! Profitez-en donc, le temps d’une journée (ou plus).

Toute modification des horaires de travail nécessite l’accord préalable de l’employeur.

 

Le télétravail occasionnel

  • Côté salariés

Encore plus efficace pour éviter la cohue générale : rester cloitré à la maison, avec son chat, son café et sa musique dans les oreilles.

Profitez donc de la grève pour aborder la question du télétravail avec votre employeur. Vous pourrez même vous targuer d’être soutenu par la ministre du travail elle-même, puisque l’autorisation du télétravail est une requête expresse de sa part :

« Je demande aux employeurs d'être compréhensifs. Il ne faut pas demander aux gens de faire des acrobaties, de passer quatre ou six heures dans les transports. Il y a des formes de travail à distance, il ne faut pas demander aux gens, ce jour-là, de faire l'impossible » (Muriel Pénicaud au micro d’Europe 1 le 24 novembre)

Besoin d’arguments supplémentaires ?

Selon un sondage de Malakoff Mederic (2018), 90% des employés en télétravail estiment être plus responsables et autonomes dans leur travail, 87% se déclarent plus productifs et 82% se disent plus engagés... Quoi de mieux pour convaincre votre employeur ?

Et en pratique ?

  • Vous pouvez effectuer votre demande sous plusieurs formes : à l’oral, par courrier, email… auprès de votre manager / employeur
  • Votre employeur peut refuser votre demande mais doit alors justifier de sa décision

 

  • Côté employeur

Suite aux ordonnances Macron le télétravail peut tout à fait être effectué de manière occasionnelle.

Sa mise en place est également simplifiée : il suffit d’un échange de mail, de sms, voire même d’un accord oral devant témoin, pour concrétiser l’accord entre salarié et employeur (loi du 29 mars 2018 réformant l’ordonnance du 27 septembre 2017). Chez Eurécia, nous avons un modèle de suivi des télétravailleurs pour cadrer sa mise en place.

teleworking.png

 

RTT / congés

  • Côté salarié

Votre employeur est intransigeant et refuse le télétravail et la modulation de vos horaires de travail ?

Pour éviter une retenue sur salaire, vous pouvez toujours demander à poser un RTT ou un jour de congé.

Et en pratique ?

Il n’existe pas de procédure standard pour la demande de congés, même s’il vaut mieux formaliser la demande sous une forme écrite. Il n’y a pas non plus de délai de prévenance, vous pouvez donc théoriquement demander de poser des congés jusqu’au dernier moment…. même si vous ne mettez pas les chances de votre côté en procédant ainsi.

 

  • Côté employeur

Vous disposez théoriquement d’un mois pour faire part de votre réponse, et êtes bien entendu en droit de refuser le congé.

Dans les faits, même si les employés sont censés avoir « pris leurs dispositions » pour venir au travail malgré la grève, votre compréhension lors de faits exceptionnels tels que celui-ci sera appréciée par vos employés… qui vous le rendront bien !

Attention : n’oubliez pas qu’en cas de refus, vous devez pouvoir justifier de votre décision.

 

Covoiturage

Prêts à affronter la route le jour J ? Autant allier l’utile à l’agréable et prendre un compagnon de voyage ! 

  • Pour économiser sur les frais d’essence
  • Pour rester zen dans les bouchons (ou à minima pour ronchonner en chœur)
  • Pour réduire votre empreinte carbone

De nombreux sites permettent de trouver un covoiturage urbain, parmi eux :

Vous pouvez également en profiter pour lancer un SOS sur votre réseau interne d’entreprise si vous en avez un… quoi de mieux pour apprendre à connaitre ses collègues qu’un tour dans les bouchons !

covoiturage

 

Question subsidiaire :

Vous avez pris vos dispositions en tant que salarié, mais vous êtes quand même en retard le jour J (ou n’avez pas pu aller au travail) ? Sachez que votre employeur est (théoriquement) en droit de vous sanctionner avec une retenue sur salaire correspondant aux heures de travail non effectuées. Mais dans les faits, nombreux sont les employeurs compréhensifs qui vous proposeront de rattraper vos heures ultérieurement.

 

Bon courage à tous et restez à l'affût des dernières actualités en vous abonnant à notre newsletter Vie de Bureau !

Je m'abonne à la newsletter

À propos de l'auteur
 

La rédaction

Team Eurécia

Contributeurs anonymes ou timides, les billets signés
de la rédaction sont tous écrits avec passion !

Tous leurs articles 

Voyagez dans Vie de Bureau