Ressources rh

 
header-peurs.png
  • Management et bien-être
  • 24/10/2018

Les peurs au travail, c'est mortel !

Sueurs froides, palpitations... On adore avoir peur à Halloween, mais c'est bien la seule période de l'année où peur rime avec amusement. Dans la vie de tous les jours, les peurs sont cachées et réprimées, surtout au travail. Un phénomène pourtant naturel qui concerne tout le monde… même Indiana Jones.

Une émotion qui vous veut du bien

Une émotion négative mais pas inutile. La peur joue le rôle d'un signal d'alerte : elle se manifeste lorsqu'il faut réagir et se mobiliser pour surmonter un défi.

Bien sûr, il est tentant d'esquiver en reportant, annulant ou ignorant la situation tant redoutée... Malheur ! Cela ne fait que renforcer la peur dans le temps. A noter que ce n'est pas la peur qui cause le sentiment de malaise, mais le temps à ne pas réagir à cette émotion.

Alors hop ! On accepte ses peurs et on les regarde dans les yeux. Mieux les connaître, c'est mieux les dompter.

Bonnes nouvelles : Premièrement les craintes ne sont généralement pas rationnelles, il y a souvent un décalage entre les insécurités réelles et perçues. Deuxièmement la difficulté réelle est souvent moins éprouvante que la difficulté imaginée.

Et au travail, de quoi a t-on peur ?

  • La peur du jugement social

Eh oui ! Vous savez ? Se ridiculiser, ne pas être à la hauteur, ne pas être accepté(e) dans l'équipe, décevoir ses collaborateurs ou ses supérieurs... C'est particulièrement vrai pour les nouvelles recrues désireuses de faire leurs preuves et de s'intégrer dans l'équipe mais aussi pour certains collaborateurs présentant déjà une certaine ancienneté. Adhérer à la philosophie de son entreprise tout en restant fidèle à soi-même ; un équilibre essentiel qui peut mettre un temps plus ou moins important pour s'ajuster.

Mais n'oubliez pas, le ridicule ne tue pas !

  • La peur de l'échec

Echouer lors d'une mission, ne pas atteindre ses objectifs ou faire des erreurs est souvent souvent source d'angoisse pour le collaborateur. Mais qui a dit que l'échec était l'inverse de la réussite ? Au contraire se tromper, échouer, recommencer permet de s'améliorer ; un passage obligé pour évoluer. Alors on accueille et on accepte l'échec !

  • La peur de l'incertitude

Être préoccupé(e) par une nouvelle mission, un changement de hiérarchie, une augmentation qui tarde, un CDD qui arrive à sa fin, les raisons d'incertitude sont nombreuses dans le monde du travail. L'inconnu ne met pas tout le monde à l'aise, il est certain. Mais plutôt que de se faire des films dans son coin, pourquoi ne pas prendre les devants et ouvrir le dialogue ?

La peur serait-elle tabou au travail ?

Avoir de l'appréhension ou des craintes dans son environnement professionnel n'est pas réservé qu'aux employés. Du patron au stagiaire, toute l'équipe est concernée !

  • La peur : l'ennemi de la performance ?

Au travail, cela peut paraître risqué d'évoquer ses craintes. Il est bien plus facile de parler des bouchons rencontrés sur la route le matin. Souvent considérées comme le tue-l'amour de la performance, non seulement on évite le sujet, mais on en vient à avoir peur de parler de ses peurs. Ah l'humain !

  • Et pourtant...

Comme vu plus haut, la peur n'est pas une mauvaise chose, cela est valable aussi et surtout au travail. Evoquer ses difficultés et ses craintes avec son équipe ou son manager lors de l'entretien annuel par exemple, permet de créer plus de cohésion, de limiter le stress, de trouver des solutions concrètes et plus encore. En bref, plutôt que d'excommunier la peur de nos vie professionnelles (et personnelles) il est plus intelligent de la considérer comme un moteur de performance collective.

Conclusion, faites-vous peur c'est bon pour vous et votre travail ! Boouuuh !!

 

Pour retrouver les nombreux articles autour de l'expérience collaborateur et le bien-être au travail, abonnez-vous à notre newsletter Vie de Bureau et choisissez votre fréquence d'envoi !

Je m'abonne à la newsletter