Les entretiens vus par Edouard Philippe
  • Actu RH
  • 03/07/2018

Les entretiens ne sont pas un luxe, même les ministres y passent !

Manager des ministres, manager des employés : même combat !

Interviewé sur RTL hier, lundi 3 juillet, Edouard Philippe nous éclaire sur la mise en place d’entretiens d’évaluation pour les membres du Gouvernement, à commencer par Jean-Michel Blanquer reçu en entretien dès aujourd’hui.

En bon manager, notre Premier Ministre n’utilise pas cette rencontre avec son équipe comme une occasion de distribuer mauvais points ou sanctions, mais bien comme un moment d’échange individuel et privilégié ; l’opportunité « d’avoir une conversation les yeux dans les yeux avec tous les ministres ».

Edouard Philippe : super-manager du gouvernement

Bonne nouvelle ! Quand il parle de faire passer des entretiens à ses ministres, Edouard Philippe apparait sous les traits d’un manager moderne, bienveillant et pleinement conscient de l’importance et des enjeux de ce moment d’échange avec son équipe.

En moins d’une minute d’interview, il recadre le débat, évacue l’idée d’une évaluation ayant pour but de sanctionner et ouvre la voix de l’amélioration collective et tournée vers l’avenir. Une vraie leçon de management, que la rédac’ se fait un plaisir d’analyser ci-dessous.

Et sinon, pour regarder l’interview en question, c'est ici :

Edouard Philippe rappel le contexte de son entreprise son gouvernement et l’intérêt de l’entretien

« Quand on est ministre, comme d’ailleurs quand on a un travail prenant, quel qu’il soit, pas besoin d’être élu, responsable publique, ...  Quand on a un travail prenant, on a le nez dans le guidon. On bosse, on bosse, on bosse et c’est très bien ainsi […]. »

Comme n’importe quels employés d’une entreprise publique ou privée, nos ministres sont pris dans leurs tâches et missions quotidiennes. Ils mettent en œuvre de manière opérationnelle la stratégie business de la direction le programme électoral du Président de la République, sous la responsabilité de leur manager, le Premier ministre - chef du gouvernement.

Puis, il pose le cadre et les objectifs de l’entretien d’évaluation

« Mais une fois qu’on a fait ça, on a parfois besoin un petit peu de lever le nez et de se demander en fonction de ce qu’on voulait faire il y a un an, qu’est-ce qu’on a fait, qu’est ce qui se passe bien, qu’est ce qui ne se passe pas bien et d’avoir cette discussion pour recadrer les choses. »

Comme tout un chacun, nos ministres ont parfois besoin de prendre de la hauteur sur le travail qu’ils ont accompli. L’entretien annuel ou entretien d’évaluation est l’occasion de rappeler les objectifs définis, et de mesure l’adéquation des actions mises en œuvre avec ces objectifs définis et les résultats attendus.

Une mise en perspective du travail réalisé

Au-delà d’une approche purement ROIste, notre Premier ministre laisse entendre une évaluation plus qualitative : « Qu’est ce qui se passe bien, qu’est ce qui ne se passe pas bien ».

L’entretien d’évaluation n’a pas pour unique objet d’évaluer la performance intrinsèque du collaborateur, mais de mettre ses réalisations en perspective avec le contexte et d’expliquer les raisons d’un objectif non atteint.

Il peut s’agir de raisons endogènes, comme un changement de priorité imposé par la direction ou un manque de soutien des équipes ; ou exogènes : mouvement social, changement de prestataire, ou encore une évolution du cadre légal.

L’entretien n’a pas pour but de distribuer des mauvais points…

En véritable héro du management bienveillant, Edouard Philippe a conscience que l’entretien annuel n’a pas pour vocation de taper sur les doigts de son équipe. Il souligne même l’un des éléments indispensables pour bien mener un entretien : souligner les réussites de chacun « L’objectif, avec les ministres, c’est aussi de regarder ce que nous avons fait et bien fait ».

Attention Monsieur le Premier Ministre, reconnaître les réussites ou objectifs atteints ne vous dispense pas d’exprimer votre reconnaissance envers votre équipe. Même si nous ne sommes pas sûrs qu’une prime ou une augmentation soit à l’ordre du jour, parfois une parole chaleureuse, exprimer sa gratitude ou féliciter une réussite en public peut suffire pour cultiver l’engagement et la motivation de vos collaborateurs.

… ni des sanctions

Même si la journaliste qui l’interviewe essaie de lui tendre la perche en lui demandant : « Ce qui a été mal fait donnera lieu à un remaniement éventuel ou pas ? », Edouard Philippe refuse d’entrer dans ce type de considération. Il rappelle que l’objectif de l’entretien d’évaluation, bien qu’individuel, est l’amélioration collective, en gardant les yeux fixés vers l’avenir.

« Moi ce que je veux, c’est avoir une conversation les yeux dans les yeux, avec tous les ministres, pour savoir comment est-ce qu’on peut améliorer l’action collective. Vous voyez, je ne suis pas dans la sanction, je suis dans l’amélioration. »

Fixer les dates d’une campagne d’entretiens

Comme pour toute rencontre ou réunion, il est nécessaire de choisir et de fixer des dates. En l’occurrence, le Premier ministre a choisi de caler sa campagne d’entretiens avant les vacances d’été (et oui, les membres du gouvernement aussi ont besoin de repos !). Mais ne vous inquiétez pas pour eux, ils ont été prévenus suffisamment en amont pour pouvoir se préparer.

Planifier les entretiens avant une période de congés comporte différents avantages : les collaborateurs sont encore en plein dans leur activité et sont donc en situation "réelle". Par opposition, au retour de 3 semaines de vacances au Tibet, on peut facilement imaginer qu’un collaborateur ne sera pas dans les mêmes dispositions pour défendre son bilan…

Par ailleurs, s’éloigner du quotidien du bureau peu de temps après l’entretien permet d’intérioriser et de prendre le recul nécessaire sur les points abordés lors de l’évaluation, notamment sur les points négatifs et pistes d’amélioration soulevés. Autre avantage : réaliser la compagne d’entretien avant les congés - surtout d’été ou de fin d’année – permet à chacun de reprendre du bon pied dès la rentrée !

Inviter ses collaborateurs à préparer l’entretien d’évaluation

Une fois les dates d’entretien fixées, le manager doit guider les membres de son équipe dans leur préparation individuelle. Ici, Edouard Philippe, a demandé à chaque ministre de préparer un bilan des principales actions menées au cours de l’année, tout en restant concis (pas plus de 5 par ministère).

Au-delà d’un retour sur la période écoulée, l’entretien doit également porter sur l’année à venir. Chaque salarié ministre doit préparer une présentation des projets à venir, des principales mesures et de leurs impacts attendus, leur planification dans le temps, les moyens mis en œuvre, sans oublier les indicateurs de suivi.

(Source : France Bleu)

Manager… c’est aussi se préparer !

Cher Monsieur le Premier ministre, n’oubliez-pas vous aussi de vous préparer aux entretiens que vous aller mener ces prochains jours…

A toute fins utiles, la rédac’ de Vie de Bureau vous propose ci-dessous une sélection d’articles, en espérant qu’ils vous soient utiles.

A bientôt !