Ressources rh

 
French Tech Toulouse
  • Actu RH
  • 08/10/2014

French Tech, Eurécia auditionnée pour la labellisation de la métropole toulousaine

Journée décisive le 09 octobre pour la délégation toulousaine. Les représentants de la « mission French Tech » dont les services de David Monteau (directeur du label au sein du cabinet d’Axelle Lemaire) accompagnés des experts de la BPI France et de la Caisse des Dépôts vont auditionner les entrepreneurs et accélérateurs porteurs de la candidature toulousaine au label French Tech.

Eurécia fait partie des entreprises portant les couleurs de la French Tech Toulouse pour intégrer la première « promotion » labellisée prévue pour fin octobre.

Un plan d’actions sur 3 ans

En plus de son climat attractif, la région Midi-Pyrénées est reconnue pour être le troisième bassin numérique après les régions Ile-de-France et Rhônes-Alpes. Elle se place même première pour les TIC avec pas moins de 38000 salariés dans 3000 entreprises de la région. Soit une hausse de 28 %.

Cette labellisation est très attendue par tous les acteurs toulousains dont le plan d’actions est planifié sur 3 ans. L’objectif est d’attirer 20 % de start-up étrangères en plus, d’augmenter 30 % des effectifs du secteur et multiplier par 3 les levées de fonds. 10 nouveaux Tech Champions devraient également sortir du lot grâce à cette roadmap.

Un tremplin pour Eurécia

La French Tech est une opportunité pour Eurécia d’enfoncer de nouvelles portes et de poursuivre sa belle croissance.

Avec une évolution à 2 chiffres pour l’exercice 2013 (+54 %), Eurécia est bien ancrée dans l’écosystème toulousain et engagée notamment auprès du cluster Digital Place et adhérent de la Mêlée Numérique. La société partage les ambitions de la métropole et entend bien défendre les couleurs de la French Tech Toulouse lors de cette grande audition et exprimer son projet.

« En étant labellisée, la métropole bénéficiera d’une aura internationale et attirera les regards sur les acteurs de notre écosystème. » confie Pascal Grémiaux.

Croisons les doigts et let’s go start-up !