Tout savoir sur la subrogation de salaire

4 mins

Tout savoir sur la subrogation de salaire

Posté le - mis à jour le

En cas d’arrêt de travail donnant droit à une indemnisation de la Sécurité sociale (accident du travail, maladie professionnelle, maladie, maternité…), le salarié perçoit des indemnités journalières de sécurité sociale (IJSS) et un maintien de salaire (généralement après un an d’ancienneté).

Mais un autre choix est possible pour l’employeur : la subrogation de salaire. De quoi s’agit-il ? Comment mettre en place la subrogation de salaire et quel est son impact sur la paie ?

On fait le point.

 

Subrogation de salaire : de quoi s’agit-il ?

On parle de subrogation de salaire lorsque l’employeur verse les IJSS au salarié et se les fait rembourser par la CPAM.

Selon l’article R323-11 du Code de la sécurité sociale, deux conditions doivent être remplies pour pouvoir appliquer la subrogation de salaire :

  •  Le salarié en arrêt de travail doit être indemnisé par la Sécurité sociale et son employeur doit continuer à lui verser son salaire, en totalité ou en partie, tout au long de cet arrêt.
  • Le salaire maintenu pendant l’arrêt de travail doit être au moins égal au montant des IJSS perçues par le salarié au cours de cette période.

Tout l’intérêt pour le collaborateur est de toucher son salaire (en totalité ou partiellement) en une seule fois au lieu de percevoir d’un côté les IJSS de la CPAM et de l’autre côté le complément de salaire de l’employeur. C’est donc un vrai confort que vous offrez à vos salariés !

 

Comment fonctionne la subrogation de salaire ?

La subrogation de salaire n’est ni obligatoire ni automatique. Elle ne doit donc pas être confondue avec le maintien de salaire qui est une obligation légale à compter du 8e jour d’arrêt de travail ou dès le 1er jour en cas d’arrêt dû à un accident de travail ou à une maladie professionnelle.

Concrètement, lorsque vous décidez de maintenir le salaire de votre collaborateur, vous devez faire une demande de subrogation de salaire auprès de la CPAM depuis la DSN au moment d’établir l’attestation de salaire en cas d’arrêt.

Au moment de signaler l’arrêt de travail dans la DSN, attention à ne pas indiquer les dates de l’arrêt de travail, mais les dates de début et de fin de la subrogation ! Pour connaître ces dates, référez-vous aux dispositions légales ou conventionnelles applicables à votre entreprise. Prenons un exemple :

→ Votre salarié est en arrêt du 01/06 au 10/06.
La date de début de la subrogation correspond au 1er jour de l’arrêt de travail, soit le 01/06.
Cependant, la date de fin de la subrogation n’est pas le dernier jour de l’arrêt de travail, le 10/06, mais la date maximum de maintien du salaire et de la subrogation. En effet, le procédé tient compte d’un possible renouvellement de l’arrêt de travail.

 

Enfin, il arrive qu’en pratique des erreurs se glissent dans le montant des IJSS perçues par la CPAM. Cela demande donc un travail de vérification de votre part. En cas d’erreur constatée, rapprochez-vous de la CPAM pour que la situation soit régularisée.

 

Subrogation de salaire : quelles conséquences sur la paie ?

Toute IJSS que vous percevez pour le compte du salarié doit être saisie en paie afin de déduire le montant brut de l’indemnité complémentaire versée au collaborateur et de lui reverser le montant net de l’IJSS.

Concrètement, comment doit apparaître la subrogation sur le bulletin de salaire ?

En cas de maintien de salaire total ou partiel, les IJSS brutes subrogées doivent être retenues en brut avant déduction des cotisations sociales, et les IJSS nettes doivent être réintégrées en bas de bulletin.

En cas de maintien du salaire net, vous devez déduire la différence de cotisations entre les IJSS et le salaire. C’est ce que l’on appelle « la garantie du net ».

Concernant l’imposition, en cas de subrogation, les IJSS imposables doivent être intégrées dans la base de prélèvement à la source dans les conditions suivantes :

  •  Maladie non professionnelle : 100% des IJSS pour les 2 premiers mois d’arrêts de travail
  • Maladie professionnelle / accident du travail :  50% du montant des IJSS imposable
  •  Congé maternité, paternité et assimilées : 100 % des IJSS imposables

Enfin, n’oubliez pas que le montant de l’IJSS imposable est différent de l’IJSS nette. En effet, une partie de la CSG (6,2%) et de la CRDS (0,5%) sur les revenus de remplacement sont non déductibles de l’impôt sur le revenu. Ainsi, il convient de déduire 3.8 % de CSG déductible au montant des IJSS brutes pour calculer le montant à intégrer dans la base de calcul du prélèvement à la source.

 

Cet article a été rédigé par La rédaction

Team Eurécia

Sur le même thème :  

intelligence artificielle au travail

6 mins

IA et RH : 7 exemples de processus facilités

L’IA se présente comme un assistant pour les professionnels RH. Découvrez les avantages de l’intelligence artificielle et 7 processus RH qu’elle peut faciliter.

femme qui gère des congés sur ordinateur

4 mins

7 avantages à digitaliser sa gestion des congés

Lorsque les effectifs augmentent, la gestion des congés devient une tâche laborieuse pour les managers et les RH. Passer à une solution digitalisée est alors incontournable. Découvrez 7 avantages à digitaliser votre gestion des congés payés.

femme qui conduit sa voiture pour travailler

3 mins

Barème kilométrique 2024 : quelles nouveautés ?

Cette année, les barèmes kilométriques n’ont pas été revalorisés ; ils avaient été augmentés de 10 % en 2022, puis de 5,4 % en 2023.

https://static-blog.eurecia.com/sites/default/files/styles/header/public/thumbnails/image/process-rh-automatises.png

6 mins

5 exemples de processus RH automatisés

La gestion administrative a pris le pas sur votre métier de RH ? Bonne nouvelle, de nombreux outils et logiciels existent afin d'automatiser vos tâches RH les plus courantes.

solidarité d'équipe

4 mins

Tout savoir sur la journée de solidarité

La journée de solidarité a été mise en place en 2004 pour financer des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées. Concrètement, qu’est-ce que la journée de solidarité ? On vous explique.

femme partant en vacances

7 mins

Les 7 choses à savoir sur vos congés avant le 31 mai

A l’approche du 31 mai, les mêmes questions reviennent et les salariés font le point sur leur solde de congés. Quelles sont les choses à savoir avant cette échéance ?

vacancier sur un transat

5 mins

Vacances d’été : préparer et anticiper efficacement les congés des collaborateurs

Pour les managers et les RH, les vacances d’été sont souvent associées à un casse-tête. Les demandes de congés payés des collaborateurs doivent être arbitrées de façon à ce que l’activité se poursuive dans de bonnes conditions.

équipe souriante

5 mins

7 tendances autour de l’expérience collaborateur

Les tendances de l’expérience collaborateur du moment, pour vous inspirer à développer une stratégie RH orientée performance et bien-être au travail