Discrimination à l'embauche : comprendre et agir

11 mins

Discrimination à l'embauche : comprendre et agir

Posté le - mis à jour le

La discrimination à l'embauche est une réalité persistante malgré son interdiction stricte par la loi. Qu'elle soit basée sur l'origine, le sexe, l'âge ou l'orientation sexuelle, cette pratique injuste peut avoir des conséquences graves pour les chercheurs d'emploi. Ce guide vous aidera à comprendre les différents types de discriminations, comment les prouver et les recours possibles. Ensemble, luttons contre ce fléau et œuvrons pour un environnement de travail juste et équitable.

Comprendre la discrimination à l'embauche

La discrimination à l'embauche se manifeste lorsque des candidats à un emploi sont traités de manière inégale en fonction de critères non pertinents pour le poste convoité. Il peut s'agir de leur âge, sexe, origine ethnique, état de santé, situation de famille, opinions politiques, convictions religieuses, apparence physique ou encore leur appartenance à un syndicat.

  • L'âge : un employeur peut refuser un candidat en raison de son âge, que ce soit parce qu'il le juge trop jeune ou trop âgé
  • Le sexe : les femmes, notamment, peuvent être victimes de discrimination, avec des refus d'embauche ou des propositions de postes moins valorisés ou moins bien rémunérés que ceux proposés aux hommes
  • L'origine : un candidat peut être écarté en raison de son nom à consonance étrangère, de sa couleur de peau ou de ses origines ethniques supposées
  • L'état de santé : certaines entreprises hésitent à embaucher des personnes en situation de handicap ou présentant certaines conditions de santé
  • La situation de famille : les candidats ayant des enfants ou étant enceintes peuvent être discriminés, l'employeur craignant des absences liées à la vie familiale

Il convient de noter que tous ces critères de discrimination sont interdits par le Code du travail, en particulier l'article L.1132-1. Toutefois, leur mise en œuvre peut être subtile et difficile à prouver.

Définition de la discrimination à l'embauche

La discrimination à l'embauche se définit comme une inégalité de traitement lors du processus de recrutement, fondée sur des critères illégaux et non pertinents à l'exécution du poste visé. Elle peut se manifester de manière évidente ou plus subtile, par l'exclusion d'un candidat sur la base de ces critères discriminatoires. Ces critères peuvent être l'âge, le sexe, l'origine, l'apparence, le lieu de résidence, entre autres. Il est crucial de noter que la discrimination à l'embauche n'est pas seulement injuste, elle est punissable par la loi.

Les critères de discrimination en entreprise

La loi interdit précisément 25 critères de discrimination en entreprise. Parmi ceux-ci, on retrouve l'origine, le sexe, l'âge, l'apparence, le lieu de résidence, les opinions politiques, les convictions religieuses, la situation de famille, l'état de santé, l'orientation sexuelle et l'appartenance syndicale.

Ces critères sont reconnus par la justice et leur utilisation lors du processus de recrutement peut entraîner de lourdes sanctions. D'autres critères, moins connus, sont également prohibés, tels que la capacité à s'exprimer dans une langue étrangère, la vulnérabilité économique ou la perte d'autonomie.

Il faut souligner que certaines formes de discrimination peuvent être plus subtiles. Par exemple, la discrimination indirecte se produit lorsque des critères apparemment neutres ont un impact disproportionné sur un groupe spécifique.

Exemple de cas de discrimination au travail

Voici quelques exemples concrets de discrimination au travail, qui illustrent la variété des situations possibles.

  • Un employeur peut refuser d'embaucher une personne souhaitant fonder une famille, en particulier si cette personne est une femme. C'est une discrimination basée sur le sexe et la situation familiale.
  • La discrimination liée à l'âge est également courante. Par exemple, un employeur peut traiter de manière inégale les candidats en fonction de leur âge, privilégiant les candidats plus jeunes pour certains postes.
  • La discrimination raciale est un autre exemple fréquent. Un candidat peut être écarté d’une procédure de recrutement en raison de son origine, vraie ou supposée.
  • Enfin, la discrimination peut aussi être liée à l'apparence physique. Par exemple, un employeur peut refuser d'embaucher une personne en raison de son apparence, jugée non conforme à l'image de l'entreprise.

Ces pratiques sont toutes illégales et sanctionnées par la loi.

Loi et réglementation contre la discrimination à l'embauche

La loi sur la discrimination au travail

La loi sur la discrimination au travail est un outil clé pour assurer l'égalité des chances sur le marché du travail. Selon l'article 225-1 du Code pénal français, toute distinction entre les personnes sur des critères tels que l'origine, le sexe, l'âge, etc. est considérée comme une discrimination. De plus, comme mentionné plus haut, l'article L1132-1 du Code du travail interdit toute distinction discriminatoire dans le contexte de l'emploi.

  • Ainsi, il est illégal de traiter différemment un candidat ou un employé en raison de sa race, de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa santé ou de son handicap.
  • Les employeurs ne peuvent pas non plus discriminer sur la base de l'activité syndicale ou des opinions politiques d'un individu.

La loi protège également les whistleblowers, c'est-à-dire les personnes qui signalent des actes de discrimination en vertu de l'article L1132-3 du Code du travail. Ces protections juridiques sont essentielles pour encourager les individus à dénoncer la discrimination et à lutter pour l'égalité sur le lieu de travail.

Sanctions prévues en cas de discrimination à l'embauche

Les sanctions prévues en cas de discrimination à l'embauche sont prévues par le Code pénal. L'article 225-2 encadre les sanctions pénales et stipule que l'employeur personne physique risque jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende. L'employeur personne morale encourt jusqu'à 225 000 euros d'amende.

L'employeur peut également être condamné à réparer le préjudice subi par la victime, notamment par le versement de dommages et intérêts. Il convient de noter que toute accusation infondée de discrimination à l'embauche peut constituer un délit de dénonciation calomnieuse, puni par la loi par une amende pouvant aller jusqu'à 45 000 euros et 5 ans de prison.

Discrimination selon l'âge, le sexe et la race

La discrimination selon l'âge, le sexe et la race dans le processus de recrutement continue de poser des défis importants pour l'égalité des chances.

En ce qui concerne l'âge, les candidats de plus de 55 ans peuvent être injustement écartés du processus d'embauche, perçus comme moins flexibles ou moins à jour sur les nouvelles technologies.

La discrimination liée au sexe est également prégnante. Les femmes peuvent se heurter à des obstacles à l'embauche, en particulier lorsqu'elles sont enceintes ou perçues comme susceptibles de fonder une famille. Les stéréotypes de genre peuvent également jouer un rôle dans la distribution des postes et des salaires.

La discrimination raciale, quant à elle, reste un problème majeur sur le marché du travail. Les candidats d'origine immigrée ou ultramarine peuvent être défavorisés, souvent à cause de préjugés implicites ou explicites.

Ces formes de discrimination sont non seulement illégales, mais aussi nuisibles pour l'équité et la diversité dans le monde du travail.

Discrimination salariale : chiffres et réalités

En dépit des lois et des réglementations en place, la discrimination salariale reste une réalité préoccupante. Les chiffres rapportés par différentes études illustrent bien ce phénomène.

Les femmes continuent de gagner en moyenne 24,4 % de moins que les hommes pour le même travail. Cette inégalité est particulièrement marquée pour les femmes devenues mères, qui subissent une pénalisation de leur carrière.

En ce qui concerne les personnes d'origine étrangère, les chiffres sont tout aussi alarmants : seulement 22,8% des candidats ayant un nom à consonance maghrébine sont rappelés par les employeurs, contre 33,3% pour ceux avec un nom d’origine française.

Par ailleurs, les personnes atteintes d'une maladie chronique sont également victimes de discrimination, avec 29% qui ne bénéficient pas d’aménagement raisonnable dont ils auraient besoin.

Face à ces réalités, il est essentiel de continuer à lutter pour l'égalité salariale et l'équité en milieu professionnel.

Exemple d'inégalité salariale entre homme et femme

Pour illustrer l'inégalité salariale entre hommes et femmes, prenons l'exemple des diplômées de niveau bac+3 ou plus. Selon certaines études, 43% des femmes dans cette catégorie déclarent avoir subi des traitements inégalitaires ou des discriminations, contre 18% pour celles possédant un diplôme inférieur au baccalauréat. 

Lutter contre la discrimination : les outils à disposition

Comment prouver une discrimination à l'embauche ?

Prouver une discrimination à l'embauche est une tâche complexe, nécessitant de recueillir des éléments tangibles et légalement admissibles. Il est essentiel de rassembler des preuves directes de l'acte discriminatoire. Cela peut être une correspondance écrite (courriels, lettres), des enregistrements audio, ou des témoignages. Les preuves indirectes peuvent également être utilisées. Cela peut consister en une comparaison de votre situation avec celle d'autres employés similaires qui n'ont pas été discriminés. La mise en place de tests de discrimination, appelés "testings", peut être une méthode efficace pour révéler une discrimination systématique.

Recours possible en cas de discrimination au travail

Face à une discrimination au travail, plusieurs recours existent.

Le recours pénal : vous pouvez déposer plainte auprès du Procureur de la République, du commissariat de police ou de la gendarmerie. Le délai de prescription est de 3 ans.

Le recours civil : vous pouvez saisir le Conseil de prud'hommes. Le délai de prescription est de 5 ans.

Le recours administratif : vous pouvez aussi saisir le Défenseur des droits.

Chaque recours a ses spécificités, le choix doit être fait en fonction du contexte et des attentes du salarié. Le rassemblement des éléments attestant l'existence d'une discrimination est crucial une fois le recours lancé.

Comment dénoncer une discrimination en entreprise ?

Face à une situation de discrimination en entreprise, la première étape pour la dénoncer est de rassembler des preuves tangibles. Il peut s'agir de mails, de témoignages de collègues ou encore de comparaisons de traitement avec d'autres salariés.

Une fois ces éléments en main, plusieurs options s'offrent à vous :

  • Alerte interne : adressez-vous à votre supérieur ou à votre service des ressources humaines. Si cela n'aboutit pas, vous pouvez recourir à l'alerte éthique si votre entreprise en dispose.
  • Saisie du Défenseur des droits : cette institution indépendante est chargée de lutter contre les discriminations et de promouvoir l'égalité. Vous pouvez la saisir gratuitement.
  • Action en justice : en cas de discrimination avérée, vous avez la possibilité de saisir le conseil de prud'hommes ou de porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie.

N'oubliez pas que le dialogue est souvent une première étape efficace pour résoudre les problèmes de discrimination. En parler peut permettre de sensibiliser et de changer les mentalités.

Comment éviter la discrimination lors du recrutement ?

Pour éviter la discrimination lors du recrutement, plusieurs approches peuvent être adoptées :

  • Anonymiser les CV : supprimer les informations personnelles des candidats, comme leur nom, âge, origine ou sexe, permet de se concentrer uniquement sur les compétences et qualifications
  • Clarifier les critères de sélection : définir clairement les compétences et qualifications nécessaires pour le poste évite les biais inconscients
  • Diversifier les sources de recrutement : utiliser différents canaux pour toucher une variété de candidats peut aider à attirer une plus grande diversité de profils
  • Former les recruteurs : les sensibiliser aux différentes formes de discrimination et leur apprendre comment les éviter est crucial
  • Instaurer un processus de recrutement standardisé : cela permet de traiter tous les candidats de manière équitable et uniforme
  • Mettre en place un audit de diversité : cela permet de vérifier que les pratiques de recrutement sont conformes aux principes de non-discrimination

L'importance d'une formation non discriminatoire pour les recruteurs

La formation non discriminatoire pour les recruteurs est essentielle pour prévenir et combattre les discriminations lors du processus de recrutement. La loi Égalité et Citoyenneté du 27 Janvier 2017 a rendu cette formation obligatoire pour les professionnels du recrutement, avec un renouvellement tous les 5 ans.

Cette formation vise plusieurs objectifs :

  • Sensibiliser les recruteurs à l'importance de recruter sans discriminer 
  • Faire comprendre les enjeux liés à l'égalité et à la diversité dans le milieu professionnel
  • Apprendre à identifier et éviter les pratiques discriminatoires, qu'elles soient directes ou indirectes
  • Fournir des outils pour mettre en place un processus de recrutement non discriminant

Ces formations sont souvent interactives et participatives, favorisant ainsi l'apprentissage et l'engagement des recruteurs. En outre, elles peuvent couvrir un large spectre de discriminations, y compris celles basées sur l'âge, l'origine, le lieu d'habitation, ou encore l'orientation sexuelle.

Avoir des recruteurs formés à la non-discrimination est un atout pour l'entreprise. Cela permet de promouvoir la diversité, d'améliorer sa marque employeur et de se conformer aux obligations légales.

Quand peut-on dire qu'il y a discrimination à l'embauche ?

La discrimination à l'embauche est établie lorsque des traitements inégaux sont pratiqués sur la base de critères légalement interdits comme l'âge, le sexe, l'origine et d'autres. Cela peut se manifester de différentes manières, allant du refus injustifié d'embaucher à une différence de traitement dans les conditions de travail, la rémunération ou les possibilités d'avancement.

  • Refus d'embauche injustifié : si une entreprise refuse d'embaucher une personne sur la base de ces critères interdits, cela constitue une discrimination à l'embauche.
  • Différence de traitement : une discrimination peut également se produire lorsqu'un employeur traite différemment des employés sur la base de ces critères. Par exemple, si un employeur paie moins un employé en raison de son sexe ou de son origine, cela constitue une discrimination.
  • Manque de possibilités d'avancement : de même, si un employé est privé de promotions ou d'opportunités de formation en raison de son âge, de son sexe, de son origine ou d'autres critères interdits, cela peut également être considéré comme une discrimination.

Il est essentiel de noter que pour établir une discrimination, il faut démontrer que les différences de traitement sont basées sur ces critères interdits et non sur des facteurs liés à la performance ou à la compétence.

Comment porter plainte en cas de discrimination à l'embauche ?

Si vous estimez être victime de discrimination à l'embauche, plusieurs démarches s'offrent à vous pour porter plainte. Vous pouvez :

  • Déposer une plainte auprès du procureur de la République : cela se fait par courrier adressé au procureur de la République du tribunal judiciaire du lieu de l’infraction ou de votre domicile. 
  • Déposer plainte directement au commissariat ou à la gendarmerie : vous pouvez vous déplacer à l'un de ces lieux pour formuler votre plainte. Vos déclarations seront consignées dans un procès-verbal. 
  • Saisir le conseil de prud'hommes : il est le juge naturel du travail et peut être saisi même si le contrat de travail n'a pas encore été signé.

Chaque option a ses propres procédures et délais, il est donc recommandé de consulter un professionnel du droit pour vous guider.

Cet article a été rédigé par Chloé Perret

Consultante RH @Eurecia

Sur le même thème :  

https://www.eurecia.com/sites/default/files/styles/header/public/thumbnails/image/manager-developper-comptences-colaborateurs.png

8 mins

6 astuces pour accompagner la montée en compétences de ses collaborateurs

Vous souhaitez développer les compétences de votre team ? Voici nos 6 astuces !

https://www.eurecia.com/sites/default/files/styles/header/public/thumbnails/image/illustration-equipe-plan-communication-marque-employeur.png

3 mins

Marque employeur – comment définir son plan de communication ?

Mettre en place sa stratégie de marque employeur ne se fait pas du jour au lendemain. Une fois vos objectifs et vos messages clés définis, il est temps d'élaborer votre plan de communication.

junior et senior travaillant ensemble

4 mins

Embauche de profils seniors : un atout pour votre entreprise ?

Les avantages d’embaucher des profils seniors dans votre entreprise, et les conseils pour bien les intégrer dans vos équipes

femme qui aide personne âgé

8 mins

Tout savoir, ou presque, sur le proche aidant

Définition, statut légal, congés... Découvrez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le proche aidant !

candidature spontanée

7 mins

Le guide pratique de la candidature spontanée

La candidature spontanée est une démarche proactive qui montre une réelle motivation et un intérêt particulier pour l'entreprise ciblée.

Immersion professionnelle

6 mins

Immersion professionnelle : mise en place et avantages en entreprise

L'immersion professionnelle est un dispositif stratégique particulièrement bénéfique pour les entreprises en quête de nouveaux talents et désireuses d'optimiser leur 

Discrimination à l'embauche

11 mins

Discrimination à l'embauche : comprendre et agir

La discrimination à l'embauche est une réalité persistante malgré son interdiction stricte par la loi.

Processus recrutement sélection des candidats

14 mins

Processus de recrutement : optimisez la sélection de vos candidats

L'optimisation du processus de recrutement implique des méthodes précises, allant de la définition du besoin de recrutement à l'intégration de la nouvelle recrue. Pour recruter efficacement, chaque phase doit être réalisée avec soin et méthode.