Eurécia Blog
  • Témoignages
  • 17/12/2013

L’expert-comptable, l’organisateur de l’information utile et pertinente de l’entreprise

Logo IFEC

TEMOIGNAGE. Thierry Polack et Denis Barbarossa, co-présidents de la commission Innovation et Technologie de l’Institut Français des Experts-Comptables, répondent à nos questions sur leur vision du métier d’expert-comptable. Rencontre avec deux hommes d’engagement.

Pouvez-vous nous présenter l’IFEC et ses missions ?

L’IFEC est le premier syndicat de la profession et compte environ 4.000 membres. C’est surtout un institut aux yeux des consœurs et confrères. Sa vocation est bien sûr de défendre ses membres, de participer aux négociations sociales, mais également d’apporter à ses adhérents et plus généralement à la profession des outils, contenus, réflexions qui ont pour ambition de répondre toujours mieux à leurs marchés, en élargissant leurs compétences et leur offre de service, tout en améliorant leur productivité.

Au-delà de la création de supports techniques utiles pour les missions traditionnelles, l’IFEC a toujours été innovant dans sa réflexion sur les marchés et l’évolution du rôle des experts-comptables vers le conseil.

Dans cet esprit, l’IFEC a depuis longtemps travaillé sur l’innovation, en créant dans les années 90 le Club IFEC Experts Consultants, et, par la suite, en rebaptisant la Commission Outil et Gestion de Cabinet en Commission Innovation et Productivité à l’initiative du Salon du même nom permettant à tout un chacun de profiter de la veille de son syndicat.

L’IFEC organise plusieurs événements tout au long de l’année, quelles sont les attentes de la profession lors de ces rencontres  ?

Effectivement, le rôle de l’IFEC est de diffuser les travaux réalisés par ses Commissions, essentiellement composées de confrères bénévoles. La diffusion de ces travaux nécessite également beaucoup d’efforts et de ressources. Pour ce faire, l’IFEC publie régulièrement (Economie & Comptabilité, IFEC Mag et divers cahiers pratiques), organise des animations délocalisées en province, les “mardis de l’IFEC” et a initié maintenant trois salons annuels : les Salons Innovation & Productivité, RH et de la transmission de cabinets ; par ailleurs l’IFEC organise son Congrès tous les deux ans, moment de rencontres, solutions et points de vue plus politiques.

Les attentes des confrères lors de ces salons sont de profiter de la veille et des réflexions que le syndicat-institut fait pour eux. Aujourd’hui, le monde bouge à très grande vitesse. Il y a quelques années, les confrères se contentaient du Congrès annuel de l’Ordre des Experts-comptables et du Congrès IFEC pour se mettre à niveau de l’offre des prestataires de la Profession. L’innovation et les pratiques étaient à l’époque restreintes. Aujourd’hui, l’arrivée des solutions Cloud, la puissance du numérique, le besoin de collaboratif, l’arrivée de multiples nouveaux acteurs accessibles et pertinents bouleversent la donne. Par ailleurs, l’organisation des cabinets est également remise en cause et les professionnels se tournent vers nous pour capter de nouvelles idées, de nouvelles pratiques et les mettre en oeuvre.

De nouveaux acteurs apparaissent chaque jour, leurs solutions sont de plus en plus simples et interconnectées. C’est la preuve que les précurseurs dans nos métiers voyaient juste… Il faut organiser différemment son système d’informations, de manière plus légère, évolutive, collaborative. Nous constatons chaque jour le développement continu de produits destinés à favoriser la maîtrise, le partage, la transformation et plus généralement la gestion des flux d’informations, auprès de toutes les personnes concernées, quelle que soit leur organisation d’appartenance.

L’offre Eurécia est une formidable illustration de ce phénomène. Il s’agit d’une offre totalement nouvelle, rendue possible et pertinente grâce au cloud, utilisable autour d’un processus spécifique et cohérent et dont le “service” est profitable au salarié, à son manager, au dirigeant de l’entreprise et à l’expert-comptable…

Par ailleurs, cette solution a pour vocation de s’intégrer dans le processus de fabrication des éléments variables de paies, et ainsi d’en améliorer la fiabilité et la productivité.

Là où hier on demandait à l’expert-comptable d’être réactif, aujourd’hui on lui demande d’être proactif. Quels sont les nouveaux enjeux ?

Les nouveaux enjeux de la profession sont de faire en sorte que l’expert-comptable devienne le garant, le producteur, le dénicheur, et l’organisateur de l’information utile et pertinente de l’entreprise.

Cette information peut être de toute nature, comptable, juridique, fiscale, économique, managériale, RH, etc…

Dans notre société de plus en plus tertiarisée, la différenciation va se faire essentiellement dans la qualité des services. Aujourd’hui, nous prenons facilement conscience que nous sommes de plus en plus sensibles à ceux qui anticipent nos besoins. C’est une façon de nous montrer que nous sommes compris et pris en compte. En ce sens, les experts-comptables qui iront au devant de leurs clients pour leur proposer des solutions qui leur facilitent la vie, qui simplifient et sécurisent leurs process et leurs prises de décision, n’auront pas de soucis à se faire pour leur avenir, même en cas de déréglementation de la profession.

Au cours des dernières années, les solutions en mode SaaS, comme Eurécia, sont devenues incontournables au sein des directions fonctionnelles des entreprises. Qu’en est-il pour les experts-comptables ?

L’évolution des mentalités s’est faite très fortement au cours de ces dernières années. Le SaaS ou le cloud apparaissent aujourd’hui comme des solutions beaucoup plus sûres pour nos confrères. Ces derniers étant souvent un peu fâchés avec les enjeux de sécurité ou de sauvegarde, ils voient d’un bon oeil que ces problématiques soient externalisées…

Par ailleurs, les complications techniques récentes et le besoin du professionnel de se concentrer sur son marché ont favorisé l’intérêt pour des solutions pilotées par des professionnels !

En outre, dans un climat économique difficile et en profond changement, des solutions cloud, donc en pay-per-use et simples à déployer rencontrent un succès naturel. Nous avons besoin de rapidement nous adapter, et à moindre coût, c’est tout l’avantage des solutions en ligne dotées d’interfaces simples et d’interconnexions évidentes grâce aux API et autres webservices.

2014 approche à grands pas avec son lot de bonnes résolutions, quel(s) vœu(x) faites-vous pour la nouvelle année ?

Faire des vœux en ces périodes de crise est facile, faire en sorte qu’ils se réalisent est plus compliqué. Mais nous croyons que les entreprises qui anticipent les besoins, qui réussissent à être agiles dans leurs métiers, qui sont bien organisées avec des structures de coûts en lien avec leur niveau d’activité et de risques, quel qu’il soit, ont les meilleures chances de se développer et se pérenniser. Nos voeux seraient d’aider le mieux possible nos clients entreprises à atteindre ces objectifs, en les aidant à trouver, choisir, mettre en oeuvre les solutions organisationnelles qui leur permettent, dans ce contexte économique difficile, de rester sereins et opérationnels. L’expert-comptable, se positionnant en Hub au centre des préoccupations des entreprises, deviendrait alors expert en performance d’entreprise !

Ça alors,  c’est le titre du prochain Congrès de l’Ifec !

Pour aller plus loin…
Thierry Polack
Thierry Polack

« J’ai eu la chance d’avoir assumé quelques années la Présidence du Club IFEC Experts Consultants, et maintenant, la Présidence de la Commission Innovation et Technologie avec mon ami et confrère Denis Barbarossa. Le rôle que j’ai au sein de l’IFEC me permet de diffuser mes convictions et d’essayer de les faire passer à nos confrères : notre stratégie doit être de devenir les conseils accompagnateurs de la réussite des entreprises, et la comptabilité doit être l’outil de contrôle de la réalisation des objectifs stratégiques… Il y a donc du chemin à faire, d’autant plus que les murs de notre maison sont construits de nos compétences comptables, juridiques et fiscales, que nos clients nous demandent d’abord de les assurer de la conformité réglementaires de leurs comptes et de leurs déclaration, puis essentiellement de mettre en oeuvre des optimisations fiscales. La comptabilité aujourd’hui ne sert encore essentiellement qu’à l’Etat, aux banques et aux actionnaires. »

Denis Barbarossa
Denis Barbarossa

« Dès le début de mon parcours professionnel, je me suis investi dans les instances “jeunes” de la profession : ANECS & CJEC. Ma volonté a toujours été de rencontrer le plus grand nombre, échanger, partager et mettre les institutions que j’ai eu l’honneur et la joie de présider sur de nouveaux chemins. Naturellement, à l’issue de cette première étape, mes échanges nourris avec l’IFEC et particulièrement mon compère et ami Thierry m’ont conduit à rejoindre une belle équipe, toujours en veille et désireuse d’accompagner les cabinets et leurs clients vers de nouveaux outils pour de nouveaux métiers. Nos clients sont légitimement en attente d’autres services de la part de leur plus proche conseil, l’Expert-comptable… dont les honoraires sont trop souvent perçus comme une taxe liée aux contraintes légale et fiscale que comme un soutien pour le développement de son entreprise. Dommage ! Alors que nous sommes au contact de plus de 2 millions de chefs d’entreprises et que nous avons une vision globale du marché ! »