generations-x-y-z-header.png
  • Management et bien-être
  • 06/09/2019

Générations X, Y et Z, qui sont-elles ?

A l’ère du numérique et de l’arrivée des Millenials sur le marché du travail, les entreprises voient aujourd’hui se croiser, au sein d’une même entreprise mais aussi des mêmes services, des collaborateurs issus de différentes générations.

Avant de s’interroger sur les bonnes pratiques managériales à adopter, il faut d’abord connaitre et comprendre ces générations, plus communément nommées Génération X, Génération Y et Génération Z. Elles couvrent les trois générations majoritairement présentes dans le monde du travail d’aujourd’hui et de demain. 

 

Les sociologues distinguent 4 grandes générations au cours du 21ème siècle :  

  • Les Baby-boomers, nés entre 1946 et 1965 
  • La génération X, née entre 1965 et 1980 
  • La génération Y, née entre 1980 et 2000 
  • La génération Z, née à partir de l’an 2000 

 

Zoom sur ces collaborateurs que vous croisez tous les jours dans les couloirs du bureau.  

 

Génération X 

Pour comprendre la génération X il faut remonter à celle juste avant : les baby-boomers. Ces enfants d’après-guerre ont œuvré au rétablissement du pays et ont un goût prononcé pour le travail. Ils attendent également une rémunération à la hauteur de leur engagement professionnel et portent une grande importance à la carrière, intérêt qu’ils transmettront à la génération suivante.  

Cependant, c'est bien la seule chose qui les lie, tant leur contexte social est différent : si les baby-boomers ont pu bénéficier du plein emploi avec les Trentes Glorieuses, la génération X connaitra quant à elle les premières vagues importantes de chômage, la crise financière, les chocs pétroliers et le ralentissement de la croissance. 

Période difficile pour la Génération X qui, soucieuse de garder leur emploi, démontre des qualités professionnelles fortes : fidélité à l’employeur et respect de la hiérarchie. La carrière (longue) est souvent marquée par le besoin de faire ses preuves et de prouver sa valeur. 

En 2019, les collaborateurs de la génération X ont entre 39 et 54 ans, et occupent majoritairement les postes de managers ou responsables. 

 

Génération Y 

La génération Y - souvent appelée “digital natives” - est la première génération qui a connu l’arrivée d’internet et des smartphones dans les foyers au cours de son enfance. C’est une génération qui a grandi avec le numérique, mais a également connu la vie “sans internet”, ce qui fait d’elle une génération de transition. 

Contrairement à la génération X, cette génération a grandi dans un contexte de chômage et de crise financière et sait pertinemment qu’elle ne fera pas sa carrière dans une seule et même entreprise, mais a réussi à s’adapter à cette situation et à en tirer profit pour mieux profiter de l’instant présent

Les digital natives priorisent donc une bonne qualité de vie au travail (qui est un argument primordial lorsqu’ils candidatent dans une entreprise !), puisque travail et plaisir sont indissociables pour eux. Ils sont néanmoins consciencieux et ont le gout du travail bien fait, ainsi qu’un besoin de reconnaissance au travail pour rester motiver. 

C’est également une génération attachée aux valeurs et à la nature, qui porte une grande importance à l’écologie et aux actions sociales de l’entreprise. 

Les compétences ont plus de valeur à leurs yeux que les diplômes, même si cette génération est plus diplômée que sa grande sœur. C’est pourquoi un grand nombre de “jeunes” se réorientent finalement sur des métiers manuels dans lesquels ils trouvent plus de sens, au lieu d’honorer les fonctions de « cadres et professions intellectuelles supérieures » qui les attendent. 

En 2019, les collaborateurs de la génération Y ont entre 19 et 39 ans, et sont à la recherche d’un sens à leur vie professionnelle. La QVT est un levier primordial pour cette génération. 

 

Génération Z 

La génération Z est la génération qui commence à arriver sur le marché du travail, mais dont la majorité arrivera à partir de 2025. Génération ultra-connectée, les Z n’ont pas connu la vie sans internet. 

Parfois surnommé génération du zapping, référence à l’utilisation de la télécommande ou des applications smartphone, les enfants du Millénaire ne regardent presque plus la TV traditionnelle et privilégient YouTube et les services de streaming, pour accéder à du contenu “à la carte” qu’ils peuvent consommer partout, tout le temps, sur de nombreux supports. 

Point commun avec la génération Y, les Z préfèrent les managers “qui leur ressemblent” ou qui “les comprennent” plutôt que le système hiérarchique pyramidale de leurs ainés. 

Le bien-être au travail est également important pour cette génération qui favorise l’épanouissement professionnel, et qui a un goût prononcé pour l’entreprenariat. En quête de liberté et en soif d’apprendre, de se perfectionner et de se prouver, des études montrent pour le moment un certain pessimisme de la part de cette génération quant à leur avenir professionnel. 

En 2019, les futurs-collaborateurs de la génération Z ont 19 ans pour les plus âgés. Il faudra attendre quelques années pour que cette génération s’exprime sur le salariat, sur leurs attentes et sur leurs leviers de satisfaction. Une génération à suivre de près pour anticiper (côté employeur) un management adapté. 

 

Dans un contexte d’entreprises modernes et hétéroclites, il est indispensable de mettre en place des stratégies de management adaptées à tous les employés. Pas toujours facile quand on sait que les conflits intergénérationnels, même si indépendants de l’entreprise, existent et persistent. 

On peut se demander si la clé pour faire cohabiter tout ce monde n’est pas l’entraide et la reconnaissance, permettant aux plus jeunes d’aider les plus âgés à ne pas rester sur la sellette dans un monde où tout va très vite, et aux plus âgés de valoriser les plus jeunes en quête perpétuelle de reconnaissance, pour plus de performance collective.